CHARCOT JEAN-BAPTISTE (1867-1936)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Neuilly-sur-Seine, Jean-Baptiste Charcot est le fils du célèbre médecin universellement connu pour ses Leçons à la Salpêtrière. Pour faire plaisir à son père, il entreprend des études médicales et devient, lui aussi, médecin. Ce n'est pourtant pas dans cette voie que se dessinera son avenir ; bien que n'ayant aucun ancêtre marin, il ne songe, en effet, dès sa prime jeunesse, qu'aux bateaux et en dessine, à l'école, dans tous ses cahiers.

Cette vocation achève de s'affirmer lorsque, vers l'âge de vingt-cinq ans, il achète son premier bateau. Il décide alors de s'orienter vers l'exploration et l'océanographie. En 1902, il visite l'île Jan Mayen. Deux expéditions, à bord du Français (1905), puis à bord du Pourquoi-Pas ? (1908-1910), l'amènent dans les régions antarctiques. Au cours de la première, il dresse la carte des côtes de la terre de Graham et effectue une reconnaissance plus au sud, préparant ainsi son second hivernage, au cours duquel il complète ses documents cartographiques, atteint la terre Alexandra et découvre l'île qui portera son nom. À son retour, il publie deux séries de rapports sur les résultats scientifiques de ces expéditions. Le monde entier apprend son nom. Après avoir servi dans l'administration britannique, durant la Première Guerre mondiale, Jean-Baptiste Charcot, assisté de divers spécialistes, reprend ses recherches dans l'Atlantique Nord. Il y effectue, de 1920 à 1936, un grand nombre de croisières scientifiques qui le mèneront aussi bien vers les îles Hébrides que vers les côtes orientales du Groenland (1925-1936). Le 16 septembre 1936 au matin, après douze heures de tempête, le Pourquoi-Pas ? se brise sur les récifs de l'intérieur du Faxafjord ; Jean-Baptiste Charcot et tous ses compagnons, à l'exception d'un seul, y laissent leur vie.

L'activité de Charcot ne s'est pas limitée à la conduite d'un navire ; il a fait paraître le récit de ses explorations : Le « Français » au pôle Sud (1906), Le « Pourquoi-Pas ? » dans l'Antarctique (1911), Autour du pôle Sud (1912, 2 vol.), Christophe Colomb vu par un marin (1928), La Mer du Groenland (1929).

—  Guy POURSIN

Écrit par :

Classification


Autres références

«  CHARCOT JEAN-BAPTISTE (1867-1936)  » est également traité dans :

ANTARCTIQUE

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE, 
  • Edmond JOUVE, 
  • Jean JOUZEL, 
  • Gérard JUGIE, 
  • Claude LORIUS
  •  • 16 430 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « Les expéditions individuelles »  : […] Une vieille tradition, héritée des Grecs, voulait que le district polaire austral fût occupé par un vaste continent, dont Magellan, lors de son voyage autour du monde, pensait avoir vu l'extrême avancée en doublant la Terre de Feu. On vécut longtemps sur cette erreur, sans que ce continent mythique ait attiré beaucoup de curiosité. La première expédition officielle pour la recherche de la « Terre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antarctique/#i_30586

VICTOR PAUL-ÉMILE (1907-1995)

  • Écrit par 
  • Thierry FOURNIER
  •  • 2 420 mots

Dans le chapitre « Une passion : l'ethnologie »  : […] Que faire pour partir, mais de manière constructive, pour réussir peut-être, tout en ne suivant pas les traces de son père ? De l'ethnologie. Dans la France coloniale de l'entre-deux-guerres, la science des attirantes sociétés « primitives » s'épanouit comme discipline autonome et humaniste. Les différentes missions ethnographiques des élèves de Marcel Mauss et de Paul Rivet couvrent le monde ent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-emile-victor/#i_30586

Pour citer l’article

Guy POURSIN, « CHARCOT JEAN-BAPTISTE - (1867-1936) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-baptiste-charcot/