ARANY JÁNOS (1817-1882)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le psychologue moralisateur

Le fondement de sa psychologie est son système moral : traducteur inégalé de Hamlet, Arany lui-même était souvent paralysé par ses scrupules : « Un poison secret me harcèle : c'est le doute [...] » Il érige sa conscience en juge souverain et condamne ses héros pour des fautes involontaires ou commises dans un moment d'emportement. Le seul défaut de ces âmes pures est de ne savoir se maîtriser ; incitées au crime par un personnage maléfique, elles y parviennent après une lutte intérieure dont la durée mesure leur noblesse morale. Attila tue son frère et devra, avec tout son peuple, supporter les conséquences de ce meurtre.

Les héros des ballades commettent aussi des meurtres, mais tandis que, dans les ballades des années 1850, la punition frappe les véritables coupables, dans celles d'Arany vieilli, c'est l'homme, victime de ses passions fatales, qui doit expier. Dans les poèmes épiques, de nombreux épisodes nuancent les caractères, ralentissent l'action tout en renforçant la tension dramatique ; une étude psychologique à traits vifs et pénétrants rend vraisemblable dans les ballades la singularité des héros. Malgré les tendances novatrices de l'œuvre d'Arany, son autorité a contribué à retarder le développement de la littérature hongroise, et bien que plusieurs écoles l'aient revendiqué pour prédécesseur, son héritage s'est révélé intransmissible. La précision et la richesse de sa langue n'ont jamais été égalées.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ARANY JÁNOS (1817-1882)  » est également traité dans :

HONGRIE

  • Écrit par 
  • Jean BÉRENGER, 
  • Lorant CZIGANY, 
  • Albert GYERGYAI, 
  • Pierre KENDE, 
  • Edith LHOMEL, 
  • Marie-Claude MAUREL, 
  • Fridrun RINNER
  • , Universalis
  •  • 32 158 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Trois prospecteurs de génie »  : […] Trois poètes règnent successivement pendant plus d'un demi-siècle sur le cœur et l'esprit des lecteurs hongrois. Mihály Vörösmarty (1800-1855) est l'auteur de poèmes lyriques et épiques dont la musique et le fonds spirituel peuvent se comparer aux chants de Hugo, de Vigny, de Shelley et de Hölderlin ; son Appel ( Szózat ) au peuple hongrois, devenu chant national à côté de l'hymne de Kölcsey, exp […] Lire la suite

Pour citer l’article

Antonia FONYI, « ARANY JÁNOS - (1817-1882) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 juillet 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/janos-arany/