JOULE JAMES PRESCOTT (1818-1889)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Autres travaux

Les aptitudes scientifiques de Joule le portaient nettement vers l'expérimentation plutôt que vers la théorie. C'est ainsi que son art de mener des expériences très délicates le conduisit à découvrir, en 1842, le phénomène de la magnétostriction ; de même, en 1852, il parvint à mettre en évidence avec Thomson le léger refroidissement, aujourd'hui désigné par effet Joule-Thomson, qui survient dans la dilatation rapide des gaz, en raison du travail dépensé contre les faibles forces d'attraction qui relient les particules gazeuses. Toutefois, il est arrivé, à l'occasion, à Joule de donner quelques aperçus sur des conséquences assez générales de ses recherches. Par exemple, en 1847, dans une belle conférence populaire intitulée Matter, Living Force and Heat (Matière, force vitale et chaleur), il envisagea les conséquences d'un principe de conservation généralisée de l'énergie – qui ne se limitait pas aux deux termes de la chaleur et du travail. Comme la plupart des tenants de la conservation de l'énergie, il comptait pour définitivement acquis que la chaleur n'est pas un fluide (le « calorique »), mais un mouvement des particules de la matière pondérable. C'est en accord avec cette conception qu'il adopta, en 1848, la théorie cinétique des gaz et calcula la première expression de la vitesse des particules gazeuses. Mais sa contribution dans ce domaine fut ignorée jusqu'à ce que Clausius, en 1857, remît en honneur la théorie cinétique.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : reader en histoire des sciences à l'université de Lancaster, Royaume-Uni

Classification

Autres références

«  JOULE JAMES PRESCOTT (1818-1889)  » est également traité dans :

LOI DE JOULE

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 88 mots
  •  • 1 média

Le physicien anglais James Joule (1818-1889) établit en 1841 la loi qui porte son nom ; celle-ci lie la puissance cédée sous forme de chaleur à la résistance d'un conducteur électrique parcouru par un courant continu. Il réalise ensuite, en 1843, des expériences fondamentales pour déterminer l'équivalent mécanique de la calorie. Ses études liées aux processu […] Lire la suite

ÉLECTRICITÉ - Histoire

  • Écrit par 
  • Jacques NICOLLE
  •  • 6 205 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Autres applications »  : […] James Joule (1818-1889) avait mis en évidence la transformation de l'énergie électrique en énergie thermique : on l'utilise de plus en plus souvent pour le chauffage. En dehors des applications signalées au cours de cet article, on doit se contenter de citer encore quelques exemples parmi les plus importants. Après le téléphone et le télégraphe (avec et sans fils), les nouvelles techniques du vide […] Lire la suite

THERMODYNAMIQUE - Histoire

  • Écrit par 
  • Arthur BIREMBAUT
  •  • 8 831 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Origine de la thermodynamique »  : […] Alors que Carnot admettait encore au début de ses travaux l'hypothèse du calorique indestructible, il avait, en 1824, énoncé en quelque sorte un principe de corrélation entre la chute de la chaleur d'une température T 1 à une température T 2 inférieure et le travail maximal développé par une machine à vapeur. Son analyse le conduisait en définitive à associer l'équivalence mécanique de la chaleu […] Lire la suite

Pour citer l’article

Robert FOX, « JOULE JAMES PRESCOTT - (1818-1889) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/james-prescott-joule/