CAIN JAMES MALLAHAN (1892-1977)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né le 1er juillet 1892 dans une famille de la bourgeoisie cultivée d'Annapolis, James M. Cain fit ses études supérieures à Washington College. Il fit ses débuts de journaliste au quotidien The American de Baltimore, avant de partir pour le front français comme engagé volontaire. Là, il dirigea The Lorraine Cross, journal de la 79e division du corps expéditionnaire américain. Démobilisé, il fit partie de la rédaction du Sun de Baltimore jusqu'en 1923. Il entra en 1925 au New York World et fit enfin partie de la brillante équipe du New York Herald, dirigée par Walter Lippman, et ses chroniques hebdomadaires d'éditorialiste politique devaient être jugées dignes d'être réunies en un volume : Our Government (1930).

Cain avait commencé à écrire pour son plaisir dès 1918, encouragé par H. L. Mencken, qui publia ses nouvelles, Pastoral et The Baby in the Icebox, dans l'American Mercury. En 1934, son premier roman, The Postman Always Rings Twice (Le facteur sonne toujours deux fois, 1936) lui apporta fortune et célébrité. Ce roman fut adapté à la scène puis traduit dans le monde entier. Pierre Chenal en tira le film Le Dernier Tournant en 1938. Une deuxième adaptation du roman fut réalisée en 1942 par Luchino Visconti, sous le titre d'Ossessione. Cette œuvre dure a pour thème les machinations d'une épouse sensuelle qui utilise un vagabond un peu brutal mais « régulier », devenu son amant, pour se débarrasser de son mari. L'intérêt de l'œuvre émane de l'atmosphère de fatalité qui l'accable : une véritable paralysie de la volonté place le protagoniste sous l'emprise de la femme dans un épisode de la guerre des sexes qui est un leitmotiv de la littérature américaine. Le style s'inspire des dialogues abrupts de Hemingway et de Ring Lardner.

En 1937, c'est Serenade, puis la nouvelle Three Can Sing, reprise, sous le titre Career in C Major, avec The Embezzler et Double Indemnity, dans Three of a Kind (Assurance sur la mort) en 1943. Composées durant la crise économique, ces œuvres présentent des hommes de trente ans, courageux et sé [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  CAIN JAMES MALLAHAN (1892-1977)  » est également traité dans :

LE FACTEUR SONNE TOUJOURS DEUX FOIS, James M. Cain - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Michel FABRE
  •  • 772 mots

Après avoir fait partie de la rédaction du Sun de Baltimore, puis du New York World et du New York Herald, le journaliste James Mallahan Cain (1892-1977) vit de ses chroniques d'éditorialiste politique, qui seront réunies en volume (Our Government, 1930). Mais il est […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel FABRE, « CAIN JAMES MALLAHAN - (1892-1977) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/james-mallahan-cain/