SOUFFLOT JACQUES GERMAIN (1713-1780)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ce fils d'avocat, né à Irancy (Yonne), est, avec son contemporain et ami Ange-Jacques Gabriel, l'un des plus grands architectes d'une époque fertile en grands artistes sur laquelle les historiens de l'art se sont tout particulièrement penchés au début de la décennie quatre-vingt (A. Braham, The Architecture of the French Enlightment, Londres, 1980, trad. franç., Paris, 1982 ; Caisse des monuments historiques, Soufflot et son temps, catal. expos., Paris, 1980) ; il y a pourtant de nombreuses différences dans le style des deux artistes. La sensibilité, l'imagination, une certaine inquiétude prédominent en Soufflot et influencent son style dans le sens de la grandeur et de la sévérité, avec un accent romantique déjà perceptible. Ses goûts aussi le distinguent de Gabriel, si classique et si mesuré. Il a retenu de ses deux séjours en Italie les leçons de Paestum et de l'Antiquité romaine, mais il a aussi étudié les édifices de la Renaissance et particulièrement les dômes et les coupoles. De plus, fait important, il admire l'architecture gothique pour la légèreté et l'économie de ses structures (les architectes du xviiie siècle, fins connaisseurs, seront des précurseurs, à cet égard, de l'admiration des romantiques pour le Moyen Âge). Tout cela compte dans son œuvre, où l'on peut déceler des emprunts à ces sources diverses, préfiguration de l'éclectisme, mais avec la marque souveraine du génie qui sauve tout.

À peine sorti de l'enfance, un appel irrésistible de l'Italie le jette sur les routes et il séjourne à Rome de 1731 à 1738. De retour à Lyon, il établit, en 1740, les plans de l'Hôtel-Dieu, édifice considérable, et réalise de nombreuses commandes privées (palais archiépiscopal, maison des Génovéfains) et publiques (construction du quai Saint-Claire, Loge au Change) qui ont fait l'objet d'un colloque organisé par l'université de Lyon II (L'Œuvre de Soufflot à Lyon, Presses universitaires, Lyon, 1982). En 1749, il est choisi pour accompagner en Italie, avec Cochin, le jeune Marigny, frère de Mme de Pompadour, qu'on destine à la su [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  SOUFFLOT JACQUES GERMAIN (1713-1780)  » est également traité dans :

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - Architecture, sciences et techniques

  • Écrit par 
  • Antoine PICON
  •  • 7 905 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La remise en cause de la notion traditionnelle de solidité »  : […] Le xviii e siècle voit la montée en régime des préoccupations constructives. En Italie, celles-ci occupent une large place dans l'enseignement du moine vénitien Carlo Lodoli (1690-1761), qui entend fonder l'architecture sur les lois de la statique et sur les caractéristiques des divers matériaux, plus essentielles à ses yeux que les impératifs d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-themes-generaux-architecture-sciences-et-techniques/#i_13055

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - L'architecte

  • Écrit par 
  • Florent CHAMPY, 
  • Carol HEITZ, 
  • Roland MARTIN, 
  • Raymonde MOULIN, 
  • Daniel RABREAU
  •  • 16 573 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « L'évolution du statut de l'architecte en France »  : […] Le mot architecte figure dans le Dictionnaire français-latin de Robert Estienne (1549). À l'époque où certains souverains, comme Catherine de Médicis, se piquent de connaissances en architecture et où de savants gentilshommes, issus comme Pierre Lescot d'une famille de hauts fonctionnaires, font une brillante carrière d'architecte, les termes courants, « maître-niveleur », « […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-themes-generaux-l-architecte/#i_13055

CLASSIQUE ARCHITECTURE

  • Écrit par 
  • Claude MIGNOT
  •  • 4 854 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Du bon usage d'un mot : langage classique et grand style »  : […] Pour sortir de cet imbroglio sémantique, il convient sans doute d'exclure les appellations trop vagues où les deux termes sont en concurrence et se chevauchent sans contenu précis (âge classique, âge baroque, France classique, France baroque). On peut sans doute au contraire continuer d'utiliser le terme de classique au sens large, qui correspond à un phénomène culturel précis : « est classique un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-classique/#i_13055

ÉPHÉMÈRE ARCHITECTURE

  • Écrit par 
  • Anne-Marie LECOQ
  •  • 5 977 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'éphémère comme terrain d'expérience »  : […] L'architecture éphémère a donc représenté pendant des siècles une part importante de l'activité artistique. Le manque de temps pouvait parfois imposer des solutions rapides, et l'architecte se contentait de copier une œuvre existante, comme le fit par exemple Fontana pour le catafalque tempietto de Sixte Quint à Rome en 1591 en reprenant le dessin d'un de ses propres taberna […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-ephemere/#i_13055

GABRIEL ANGE JACQUES (1698-1782)

  • Écrit par 
  • Michel GALLET
  •  • 3 691 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'Opéra de Versailles »  : […] L'ouvrage le plus important de Gabriel à Versailles fut l'Opéra. La construction d'un théâtre dans l'aile du Nord, confiée par Louis XIV à Gaspard Vigarani, était restée en suspens. Il fut question de la reprendre en 1748. Paris manquait aussi d'un grand théâtre, et la tradition française dont Gabriel était l'héritier n'offrait en ce domaine aucun exemple. Seuls quelques machinistes de talent – J […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ange-jacques-gabriel/#i_13055

HISTORICISME, art

  • Écrit par 
  • Hubert DAMISCH
  •  • 4 672 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Du « grec » au « gothique » »  : […] Les développements de l'architecture de la Renaissance disent assez que la référence – essentiellement culturelle, « humaniste » – à l'Antiquité aura joué dans un sens productif, et sans donner cours, sauf exception, au pastiche, où se complairont au contraire nombre des architectes du xix e  siècle, parmi les meilleurs. Et quant à l'architecture […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/historicisme-art/#i_13055

LEQUEU JEAN-JACQUES (1757-1826)

  • Écrit par 
  • Christopher Drew ARMSTRONG
  •  • 1 165 mots

Presque tous les renseignements que l'on possède sur la vie et l'œuvre de l'architecte Jean-Jacques Lequeu proviennent de sa propre collection de papiers et de dessins, qu'il a donnée à la Bibliothèque royale en 1825 et qui est actuellement conservée au cabinet des Estampes de la Bibliothèque nationale de France. Ce fonds a subi plusieurs altérations assez radicales depuis son entrée à la Biblioth […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-jacques-lequeu/#i_13055

MARIGNY ABEL FRANÇOIS POISSON marquis de MENARS et de (1727-1781)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 680 mots

Le frère de M me de Pompadour connut les plus grands honneurs : en 1751, Marigny fut nommé « directeur et ordonnateur des Bâtiments, des Jardins, Arts, Académies et Manufactures royales » ; en 1755 il reçut l'ordre du Saint-Esprit ; il devint en 1764 lieutenant général du gouvernement de l'Orléanais et en 1772 conseiller d'État d'épée. Le crédit de la favorite de Louis XV […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abel-francois-marigny/#i_13055

Pour citer l’article

Jean-Jacques DUTHOY, « SOUFFLOT JACQUES GERMAIN - (1713-1780) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-germain-soufflot/