DUCLOS JACQUES (1896-1975)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Louey (Hautes-Pyrénées) dans une famille modeste, Jacques Duclos, jeune ouvrier pâtissier, suit à Paris les cours de l'Université populaire. Il est combattant de la guerre 1914-1918. Au lendemain du Congrès de Tours (1920), il adhère au Parti communiste français nouvellement fondé. Membre du comité central en 1926, puis membre du bureau politique et secrétaire du parti en 1931, il devient, en 1935, membre du comité exécutif de l'Internationale communiste. Député de Paris dès 1926, il est vice-président de la Chambre du Front populaire (1936). Sous l'Occupation, il est l'un des organisateurs de l'action clandestine du Parti communiste, et sa tête est mise à prix par les Allemands. De 1946 à 1958, il est réélu à toutes les consultations et préside à l'Assemblée le groupe parlementaire communiste. Le 28 mai 1952, victime d'une manœuvre policière (on l'accuse d'avoir transporté des pigeons voyageurs), il est arrêté au moment des manifestations organisées par la C.G.T. et le P.C.F. contre la venue à Paris du général Ridgway, emprisonné, puis libéré à la suite d'un important mouvement populaire de protestation. Il perd son siège de député en novembre 1958, mais il entre au Sénat en avril 1959 où il préside, jusqu'à sa mort, le groupe communiste.

Candidat du Parti communiste à la présidence de la République en 1969, il recueille 4,8 millions de voix. Tribun redoutable, auteur d'une vingtaine d'ouvrages, parmi lesquels plusieurs tomes de Mémoires, son histoire se confond avec celle de son parti dont il est devenu un leader historique. S'y étant engagé sans défaillance, il a pu déclarer, en juin 1969 : « J'ai autant de raisons d'être communiste qu'à vingt-quatre ans, et c'est ce qui éclaire ma vie. » En 1968, Duclos ne devait finalement pas s'opposer à la condamnation de l'intervention russe en Tchécoslovaquie. Il reçut en octobre 1971, à l'occasion de son soixante-quinzième anniversaire, l'ordre de Lénine « pour les grands services rendus au mouvement communiste et ouvrier international ».

—  Gérard PONTHIEU

Écrit par :

Classification


Autres références

«  DUCLOS JACQUES (1896-1975)  » est également traité dans :

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - La période post-gaullienne (1969-1981)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 6 873 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Élection de l'héritier du gaullisme »  : […] Après l'échec référendaire et après la démission de Charles de Gaulle, Georges Pompidou, l'héritier « naturel » du gaullisme, annonce donc sa candidature à la fonction suprême dès le 29 avril 1969. Il s'assure rapidement le soutien du parti gaulliste, des Républicains indépendants et du groupe centriste Progrès et démocratie moderne. Il veut à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinquieme-republique-la-periode-post-gaullienne-1969-1981/#i_42603

OCCUPATION (France)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie GUILLON
  •  • 6 042 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre «  L'invention de la Résistance »  : […] Entre 1941 et 1942, les noyaux originels tendent à se regrouper, ils se spécialisent en réseaux (de renseignement, d'évasion, d'action) et en mouvements, souvent organisés autour d'un journal clandestin. La Z.O. compte de nombreux groupes dont le rassemblement en mouvements plus larges est rendu difficile par la répression. Mais, dans cette zone o […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/occupation-france/#i_42603

Pour citer l’article

Gérard PONTHIEU, « DUCLOS JACQUES - (1896-1975) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-duclos/