CHESSEX JACQUES (1934-2009)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Jacques Chessex, romancier, poète et essayiste suisse romand, est mort le 9 octobre 2009, à Yverdon-les-Bains (canton de Vaud).

Né le 1er mars 1934 à Payerne (canton de Vaud), ancien élève des Jésuites à Fribourg puis étudiant à la faculté des lettres de Lausanne, Jacques Chessex publie à vingt ans, chez Mermod, son premier recueil de poèmes Jour proche, où semble s'annoncer le suicide de son père, professeur d'histoire à Lausanne et grand amateur de femmes. Au vrai, l'obsession de la mort et de la chair, derrière l'ordre lisse et faux du calvinisme, ne cessera de fournir décors et intrigues à une œuvre provocante dont les aveux sinon les fables expiatoires feront souvent scandale dans son pays.

Comme ses compatriotes, Ramuz, Cingria ou Jaccottet, Jacques Chessex fréquente Paris dès 1959 et collabore à la N.R.F. alors dirigée par Jean Paulhan. Paraissent de brefs récits, La Tête ouverte (1962, prix Schiller), puis La Confession du pasteur Burg (1967), son premier succès. Inspirée du désastre paternel, cette Symphonie pastorale sulfureuse raconte comment un jeune pasteur zélé et rigoriste qui se veut le champion du bien calviniste, devient le héros du Mal en s'éprenant d'une jeune catéchumène.

De retour au pays natal, et alors qu'il enseigne à Lausanne (1969-1996), Jacques Chessex publie un acide Portrait des Vaudois (1969), une autobiographie insolente (Carabas, 1971) et son livre le plus fameux (L'Ogre, prix Goncourt 1973). Ce roman d'un fils hanté par la figure monstrueuse et dévorante d'un père tyrannique décédé (auquel se rattachent toutes les hypostases du pater familias : pasteur, Dieu Créateur ou dictateur), délivre, sous la fable familiale, les thèmes récurrents de l'œuvre entière : l'angoisse de la mort, le puritanisme démoniaque du calvinisme, la haine du Père, de l'autorité et de la puissance, la violente satire de l'antisémitisme et de ses avatars, le monstrueux accouplement de la sainteté et de l'abjection, la fascination de la profanation, la célébration jubilatoire de la chair et de la nature.

Fort de ce succès, Ja [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur agrégé, docteur en littérature française, écrivain

Classification


Autres références

«  CHESSEX JACQUES (1934-2009)  » est également traité dans :

FRANCOPHONES LITTÉRATURES

  • Écrit par 
  • Jean-Marc MOURA
  •  • 7 230 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Quelle identité culturelle ? »  : […] Hors d’Europe, les littératures francophones relèvent de la « francophonie d’implantation » issue de l’expansion coloniale de la France ou appartenant à des zones de rayonnement culturel. Pour ces littératures en contact avec une ou plusieurs autres littératures écrites dans un ou plusieurs autres idiomes, le questionnement identitaire et linguisti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francophones-litteratures-de-langue-francaise/#i_82662

SUISSE

  • Écrit par 
  • Bernard DEBARBIEUX, 
  • Frédéric ESPOSITO, 
  • Bertil GALLAND, 
  • Paul GUICHONNET, 
  • Adrien PASQUALI, 
  • Dusan SIDJANSKI
  • , Universalis
  •  • 24 362 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Climat littéraire des six pays et républiques de la Suisse romande »  : […] Chez ces enfants de Rousseau, on n'échappe pas aux paysages et aux climats. Le Valais, méridional et alpestre, fortement tenu par la tradition catholique, a porté un très beau Moyen Âge paysan jusqu'au xx e  siècle. La littérature, distincte du discours ecclésiastique et de la chronique, y est apparue avec Maurice Zermatten (1910-2001) qui, dès 193 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/suisse/#i_82662

Pour citer l’article

Yves LECLAIR, « CHESSEX JACQUES - (1934-2009) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-chessex/