JACOPO DA BOLOGNA (actif mil. XIVe s.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Musicien et théoricien italien, compositeur le plus célèbre des débuts de l'ars nova dans la Péninsule, avant Landini. Son influence sur la musique florentine fut importante et durable. À en croire les nombreuses copies qui nous sont parvenues, ses œuvres furent fort prisées de son temps. Jacopo da Bologna est l'un des tout premiers polyphonistes italiens. De sa vie, on sait par Filippo Villani (Liber de origine civitatis Florentiae, fin xive s.), qu'il concourut à la cour de Vérone, chez Massimo II della Scala (1329-1351), avec Piero et Johannes de Florentia ; il y est déclaré artis musice peritissimus. Plusieurs de ses œuvres laissent penser qu'il séjourna à Milan entre 1340 et 1360. Sur trente-quatre pièces connues de lui, douze sont copiées à la fois en notation italienne et en graphie française. Citons notamment ses vingt-neuf madrigaux (deux-trois voix ; certains à deux, puis à trois voix) — il est le premier Italien du xive siècle à écrire des madrigaux à trois voix ; deux cacce (canons) à trois voix ; une lauda à deux-trois voix ; un motet à trois voix, qui est le seul exemple de motet profane italien de ce temps (Lux purpurata. Diligite justitiam, dédié à Luchino Visconti) ; il n'est pas isorythmique et aucun cantus prius factus ne le soutient. Si Jacopo « s'efforce de varier la forme du madrigal, il n'en doit pas moins à Giovanni da Cascia le schéma dans lequel s'insèrent ses variantes ; s'il donne à la voix inférieure un dessin mélodique plus marqué et l'affranchit de la voix supérieure dans la récitation du texte, c'est dans l'application du canon au madrigal, tellement fréquente chez Piero, qu'il en trouva un exemple. Il n'en reste pas moins que son effort pour enrichir le langage de la polyphonie profane aboutit à un résultat remarquable » (Nino Pirrota). Le recueil de Faenza (manuscrit de 1400 environ), qui est la tablature la plus importante du xive siècle, possède de nombreux arrangements pour orgue de madrigaux de Jacopo da Bologna.

—  Pierre-Paul LACAS

Écrit par :

  • : psychanalyste, membre de la Société de psychanalyse freudienne, musicologue, président de l'Association française de défense de l'orgue ancien

Classification


Autres références

«  JACOPO DA BOLOGNA (actif mil. XIV e s.)  » est également traité dans :

ARS NOVA

  • Écrit par 
  • Roger BLANCHARD
  •  • 6 410 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les compositeurs »  : […] et Padoue. Nous citerons, parmi les maîtres les plus éminents, Giovanni da Cascia et Jacopo da Bologna, qui servirent tous deux Martino della Scala, tyran de Vérone de 1329 à 1351. Puis, l'activité se déplaça vers le sud, et Florence, cité de Dante et de Boccace, devint la métropole artistique qu'elle ne cessa d'être durant toute la Renaissance. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ars-nova/#i_5025

Pour citer l’article

Pierre-Paul LACAS, « JACOPO DA BOLOGNA (actif mil. XIVe s.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacopo-da-bologna/