STEWART JACKIE (1939- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Jackie Stewart

Jackie Stewart
Crédits : Allsport/ Getty

photographie

Jim Clark

Jim Clark
Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Graham Hill

Graham Hill
Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


photographie : Jackie Stewart

Jackie Stewart

Le pilote de formule 1 écossais Jackie Stewart, trois fois champion du monde. 

Afficher

Gentleman-driver, l'Écossais Jackie Stewart, né le 11 juin 1939 à Dumbarton, a bâti, au volant de B.RM., Matra-Ford ou Tyrell-Ford, un splendide palmarès. Troisième du Championnat du monde de formule 1, derrière Jim Clark et Graham Hill, en 1965, deuxième en 1968, devancé par Graham Hill, il obtient son premier titre mondial en 1969, précédant Jacky Ickx. Si l'Autrichien Jochen Rindt, qui s'est tué le 5 septembre à Monza, obtient la couronne en 1970 à titre posthume, l'Écossais retrouve son bien en 1971.

Deuxième derrière le Brésilien Emerson Fittipaldi en 1972, Jackie Stewart conquiert un troisième titre mondial en 1973. Mais, marqué par la mort, le 6 octobre à Watkins Glen, de son coéquipier François Cevert, il se retire des compétitions après s'être imposé à vingt-sept reprises en grand prix. Ce record tiendra jusqu'au 20 septembre 1987, jour où Alain Prost remportera, à Estoril (Portugal), son vingt-huitième succès.

En 1997, Jackie Stewart monte sa propre écurie de formule 1, épaulé par son fils Paul. Il s'attache les services du talentueux pilote brésilien Rubens Barrichello. En 2000, son écurie est rachetée par Ford, les monoplaces disputant alors les grands prix sous la marque Jaguar.

—  Pierre LAGRUE

Écrit par :

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs

Classification

Autres références

«  STEWART JACKIE (1939- )  » est également traité dans :

FORMULE 1

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 7 476 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « La domination du Ford-Cosworth »  : […] À part Ferrari, qui continue de développer son propre moteur, un V12, toutes les écuries de pointe vont bénéficier du Ford-Cosworth, la qualité du châssis et le talent du pilote faisant dès lors la différence pour le titre mondial. En 1969, un nouveau team manager , Ken Tyrrell, prend la direction de l'écurie française Matra International, qui remporte le Championnat grâce à l'Écossais Jackie Stew […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre LAGRUE, « STEWART JACKIE (1939- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jackie-stewart/