CALVINO ITALO (1923-1985)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La comédie humaine dans le monde du fantastique

Il faut attendre 1965, avec les Cosmicomics (Cosmicomiche), pour voir Calvino publier à nouveau un recueil de récits ; de même que dans Temps zéro (Ti con zero, 1967) qui reprendra des textes de la même veine, deux ans plus tard. Il inaugure ici une forme d'expression tout à fait neuve. Radicalisant sa tendance naturelle à l'utilisation du fantastique et de l'imaginaire, il situe ses histoires dans un espace où notre monde n'est pas encore achevé sous sa forme définitive. Histoires dont les protagonistes sont des cellules, des nébuleuses, des êtres encore mal différenciés dans un processus d'évolution dont les phases sont dilatées sur des millions d'années. Histoires cosmiques, précisément, où le comique garde pourtant tous ses droits, elles renvoient ironiquement à un monde où le temps, l'espace, les êtres sont ceux que nous connaissons et parmi lesquels nous nous mouvons, mais à travers des personnages dont le nom imprononçable (Qwfwq, Xlthlx) et l'absence de forme comme de statut défini sont évidemment une mise en cause du narcissisme complaisant de l'homme actuel.

Ces « choses » indéfinissables, voire innommables, parlent comme tout le monde, et c'est à travers une allégorie d'un genre inédit que Calvino poursuit la réflexion qui n'avait jamais cessé d'être la sienne. Simplement, les références historiques ou intellectuelles laissent une place à un tissu de spéculations et d'hypothèses scientifiques parmi lesquelles il se meut avec un naturel absolu et dans lesquelles il catapulte parfois, de la façon la plus imprévisible, des individus qui font bel et bien partie de notre monde (La Poursuite, Le Conducteur nocturne).

L'apparition de ces mondes improbables où, sous d'autres masques, se joue toujours la même comédie humaine n'est qu'une métamorphose du talent inquiet de Calvino. Fasciné par les possibilités d'interprétation scientifique de la réalité, il revient pourtant au désir de reprendre sous mille formes différentes la question des rapports entre les êtres, inexplicablement jetés dans une nature dont la logique leur échappe autant que leur propre cohérence.

C'est pourquoi la cybernétique est peut-être apparue à Calvino comme un moyen imprévu et totalement nouveau de mêler les cartes et d'en tirer de nouvelles figures. La question d'une combinatoire originale et systématique était déjà présente dans certains textes de Temps zéro ; mais, stimulé par l'influence de Borges, de Queneau et de l'Oulipo, comme par les réflexions de Derrida et de Sollers sur le texte, Calvino est allé beaucoup plus loin encore dans cette direction avec ses deux derniers livres.

Le Château des destins croisés (Il Castello dei destini incrociati 1968-1971) est une tentative extrêmement intéressante d'utiliser les combinaisons offertes par un jeu de tarots, considéré comme support projectif d'histoires parfaitement gratuites. Le personnage, qui distribue et interprète les cartes, est aussi une métaphore de l'écrivain que Calvino a voulu être, et dont l'art consiste à la fois à proposer ces figures et à tenter de les interpréter, récupérant par là même cette subjectivité irréductible dont il avait semblé vouloir se débarrasser par tous les moyens.

Si Dédale est la figure mythique du constructeur de labyrinthe, image qui lui est chère, Calvino se veut ici à la fois Dédale et Ariane, celui qui édifie le labyrinthe de l'œuvre et qui en décrypte le parcours secret, sans pour autant avoir recours aux facilités d'une glose extérieure.

En 1972, Calvino a publié Les Villes invisibles (Le Città invisibili) ; sur un schéma d'une rigueur extrême, le livre réunit des dialogues entre Marco Polo et Koubilai Khan dont le sujet est chaque fois la description d'une ville. Mais ces villes n'existent que par les mots qui les évoquent. Koubilai recrée ainsi à son tour ce que Marco Polo avait créé tout d'abord, pour qu'enfin le lecteur après eux fasse lui aussi la même démarche. C'est encore, chez Calvino, la représentation métaphorique de sa propre manière de procéder et de l'idée qu'il se fait de la création littéraire ; celle-ci ne trouve son achèvement que par l'intervention du lecteur, dans la marge de sens qui lui est ouverte, ce qui est bien davantage, en réalité, qu'une simple lecture. C'est d'ailleurs un thème que Calvino reprend et développe, de façon très originale et convaincante, dans son dernier roman Se una notte d'inverno un viaggiatore (1979).

Parti de la rencontre manquée entre l'homme et l'histoire, [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification

Autres références

«  CALVINO ITALO (1923-1985)  » est également traité dans :

SI PAR UNE NUIT D'HIVER UN VOYAGEUR, Italo Calvino - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 1 117 mots

Dans un récit vertigineux qui termine Temps zéro (1967) l'écrivain italien Italo Calvino (1923-1985) assimile « une série de plans » du château d'If où se morfond Edmond Dantès, le héros du Comte de Monte-Cristo, avec « les pages d'un manuscrit sur le secrétaire d'un romancier ». Les chapitres empilés, redécoupés […] Lire la suite

ITALIE - Langue et littérature

  • Écrit par 
  • Dominique FERNANDEZ, 
  • Pierre LAROCHE, 
  • Angélique LEVI, 
  • Jean-Paul MANGANARO, 
  • Philippe RENARD, 
  • Jean-Noël SCHIFANO
  •  • 29 128 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Formes nouvelles et nouveaux contenus »  : […] Toutefois, immédiatement après la guerre, s'était dessiné un autre courant, minoritaire sans doute mais qui semble avoir compté davantage dans l'histoire de la littérature. Il correspond à la recherche de formes nouvelles exprimant des contenus nouveaux. C'est à Elio Vittorini qu'on doit le premier roman allant dans ce sens : Vittorini poursuivait depuis toujours une réflexion sur les rapports de […] Lire la suite

NÉO-RÉALISME ITALIEN

  • Écrit par 
  • Giuditta ISOTTI-ROSOWSKY
  •  • 3 185 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Néo-réalisme littéraire »  : […] Après la Libération, les revues marxistes, qui jouissent d'une grande notoriété, lancent la bataille pour une société et une culture nouvelles. Mémoires et témoignages de la Résistance paraissent grâce au soutien actif des associations nationales des partisans. Les récits, à la limite du reportage, abondent. Ils racontent la retraite de Russie, la prison, la captivité, la déportation. Les quotidie […] Lire la suite

Pour citer l’article

Mario FUSCO, « CALVINO ITALO - (1923-1985) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/italo-calvino/