ALBÉNIZ ISAAC (1860-1909)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le protagoniste du « renacimiento »

Au cours des quinze années qui lui restent à vivre – et qu'il passe à Paris –, Albéniz ne va cesser d'explorer l'espace sonore afin de satisfaire l'exigence nouvelle qui s'est emparée de lui à mesure de ses rencontres dans les milieux musicaux de la capitale. Il s'inscrit spontanément dans la classe de composition de Vincent d'Indy quand la Schola Cantorum ouvre ses portes, et il continue à travailler sous sa direction, alors même qu'il est nommé professeur de piano dans la même institution. Affermissement de la forme et goût de la polyphonie conformes à l'esprit scholiste rejoignent dans ses préoccupations la conquête du milieu harmonique dont Debussy lui a désigné l'accès et dont il se plaira à accuser la couleur grâce à son penchant inné pour les dissonances. Tous ces éléments s'intégreront au style d'improvisation et d'intuition qui caractérise ses paysages espagnols, avec toutefois le risque d'aboutir à des compositions trop savantes pour le peuple ou trop plébéiennes pour l'élite.

Le précieux diptyque d'Espagne-souvenirs (1896) et surtout La Vega (1897) attestent déjà cette magie de l'expression pianistique où poésie et couleur sont liées à l'enrichissement de la palette harmonique et sonore comme à la sollicitation de tous les registres où le clavier peut être habité de féerie. Mais il faudra encore huit ans de silence et de recueillement pour que, avec Iberia, Albéniz signe son œuvre la plus achevée et le chef-d'œuvre de toute la musique espagnole. Après Chopin et Liszt, et dans le même temps que Debussy, le coloris, la sensibilité, le mystère lui-même du piano d'Albéniz demeurent inimitables dans la hardiesse, l'abondance et la somptuosité. « Délire orphique à la Van Gogh », a pu dire Jean Maillard pour tenter d'exprimer, dans une correspondance visuelle, l'ivresse de lumière et de vie de ces tableaux à la gloire de l'Espagne. Douze pièces auxquelles rien ne se peut comparer dans toute l'histoire du piano, conduites avec une intense vitalité, une imagination prodigieuse, une exaltation d'alchimiste en quête d'un véritable [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ALBÉNIZ ISAAC (1860-1909)  » est également traité dans :

ESPAGNE (Arts et culture) - La musique

  • Écrit par 
  • Luis CAMPODÓNICO, 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 5 663 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La zarzuela »  : […] Le terrain avait été spontanément préparé par quelques musiciens mineurs qui limitèrent leurs efforts à une forme d'opéra-comique particulière, la zarzuela . Comédie de mœurs de couleur locale, sorte d'opéra abrégé avec dialogues parlés, la zarzuela côtoie la saynète, à laquelle elle n'ajoute qu'une ouverture, quelques arias et quelques chœurs. Entre 1890 et 1910 naquirent les rares chefs-d'œuvre […] Lire la suite

NATIONALISME, musique

  • Écrit par 
  • Antoine GARRIGUES
  •  • 1 606 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'exil révélateur »  : […] L'exil, pour de nombreux musiciens, a été l'occasion d'une prise de conscience. Paris a joué un rôle complexe à la fin du xix e  siècle et au début du xx e . La capitale française n'est pas seulement une terre d'accueil, un centre de formation pour les compositeurs, elle leur sert de révélateur tout en leur permettant de prendre du recul par rapport à leurs origines. Mais le fait de vivre loin de […] Lire la suite

Pour citer l’article

André GAUTHIER, « ALBÉNIZ ISAAC - (1860-1909) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/isaac-albeniz/