BETANCOURT INGRID (1961- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Femme politique franco-colombienne.

Un sacré coup de publicité. Si Ingrid Betancourt n'avait pas vécu l'enfer et enduré mille souffrances durant six ans, quatre mois et neuf jours dans la jungle colombienne, ainsi pourrait-on presque qualifier son enlèvement par les Forces armées révolutionnaires de Colombie (F.A.R.C.), le 23 février 2002. À cette date, la Franco-Colombienne est plus connue dans sa patrie d'adoption où elle a grandi et fait ses études que dans son pays d'origine, où elle est pourtant candidate à l'élection présidentielle. Mais elle ne décolle pas dans les sondages, et ne semble pas en mesure d'inquiéter le futur vainqueur, Álvaro Uribe. C'est ce dernier qui ordonnera l'opération militaire spectaculaire permettant la libération d'Ingrid Betancourt en compagnie de quatorze autres otages, le 2 juillet 2008.

Celle qui était alors sénatrice de Colombie n'est pourtant pas avare d'éclats médiatiques, ce qui n'enlève rien au courage de cette épouse d'un diplomate français, mère de deux enfants, qui un jour décide de partir en guerre contre la corruption qui ravage son pays. Après des études à l'I.E.P. de Paris, ville où elle passa une partie de son enfance et de sa jeunesse et où son père – ancien ministre colombien de l'Éducation – est ambassadeur à l'U.N.E.S.C.O., Ingrid Betancourt se trouve confrontée à la violence qui sévit dans sa patrie. Sa mère travaille auprès d'un candidat à la présidence, Luis Carlos Galán, qui prône l'extradition des narcotrafiquants et sera assassiné en août 1989. C'est alors que cette jeune femme de vingt-neuf ans (elle est née le jour de Noël 1961), récemment divorcée, décide de rentrer à Bogotá, la ville où elle est née, pour y mener le combat de sa vie.

Elle occupe un poste au ministère des Finances, puis se présente aux élections législatives de 1994. Elle mène campagne sur le thème de la lutte contre la corruption, et elle est élue. Elle poursuit son combat au Parlement, ainsi qu'à la télévision où elle se montre très à l'aise, dénonçant les dir [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  BETANCOURT INGRID (1961- )  » est également traité dans :

URIBE VÉLEZ ÁLVARO (1952- )

  • Écrit par 
  • Clément THIBAUD
  •  • 1 070 mots
  •  • 1 média

Álvaro Uribe Vélez fut le président de la Colombie de 2002 à 2010. Il est né à Medellín le 4 juillet 1952 dans une famille prospère, liée de longue date au Parti libéral (P.L.). Brillant étudiant, il obtient le titre d'avocat à l'université d'Antioquia avant d'entamer sa carrière publique en 1976. Son ascension est rapide grâce au soutien des chefs du libéralisme. À vingt-huit ans, il est directe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alvaro-uribe-velez/#i_36637

Les derniers événements

26 février 2012 • ColombieAnnonce par les F.A.R.C. de l'arrêt des prises d'otages.

Les Forces armées révolutionnaires de Colombie (F.A.R.C.) annoncent l'arrêt des prises d'otages civils auxquelles elles se livraient depuis la fin des années 1960. Les ravisseurs de la femme politique franco-colombienne Ingrid Betancourt – détenue de 2002 à 2008 – déclarent qu'ils libéreront prochainement les dix derniers militaires et policiers qu'ils retiennent encore.  [...] Lire la suite

10 décembre 2008 • France - ColombieAccueil en France d'un ex-guérillero des F.A.R.C.

abandonné toutes les charges retenues contre lui. Bogota, qui entend faire de cette opération un exemple, doit lui verser une récompense de 1 milliard de pesos (335 000 euros). L'amnistie promise aux déserteurs des F.A.R.C. suscite des critiques en Colombie. Lors des négociations en vue de la libération d'Ingrid Betancourt, la France avait accepté d'accueillir sur son sol des guérilleros repentis.  [...] Lire la suite

2-20 juillet 2008 • ColombieLibération d'Ingrid Betancourt.

Le 2, une opération de l'armée colombienne dans le département de Guaviare aboutit à la libération d'Ingrid Betancourt, de trois Américains et de onze militaires colombiens otages des Forces armées révolutionnaires de Colombie (F.A.R.C.). Infiltrant la guérilla, les libérateurs se sont fait passer [...] Lire la suite

4-27 février 2008 • ColombieLibération par les F.A.R.C. de quatre otages « politiques ».

, par des émissaires du président vénézuélien Hugo Chávez, sous couvert du Comité international de la Croix-Rouge. L'un des otages libérés témoigne que la Franco-Colombienne Ingrid Betancourt est « physiquement et moralement épuisée ».  [...] Lire la suite

4-20 janvier 2008 • Colombie - VenezuelaLibération de deux otages des F.A.R.C.

Le 4, les tests ADN prouvent que le petit Emmanuel, placé en 2005 dans une institution de Bogotá, est bien le fils de Clara Rojas, ancienne directrice de campagne d'Ingrid Betancourt et, comme elle, captive des Forces armées révolutionnaires de Colombie (F.A.R.C.), qui avaient enlevé les deux [...] Lire la suite

20-30 novembre 2007 • ColombieDiffusion de preuves de vie d'Ingrid Betancourt.

Le 20, lors de sa visite à Paris, le président vénézuélien Hugo Chávez, qui a engagé une mission de médiation dans le dossier des prisonniers des Forces armées révolutionnaires de Colombie (F.A.R.C.), se déclare « persuadé » que la Franco-Colombienne Ingrid Betancourt – enlevée en février 2002 [...] Lire la suite

1er-28 juin 2007 • ColombieLibération de membres des F.A.R.C. et assassinat d'otages.

vise à favoriser la libération des cinquante-six personnes détenues par la guérilla d'extrême gauche, parmi lesquelles la Franco-Colombienne Ingrid Betancourt et trois Américains. Le 3, les F.A.R.C. dénoncent dans un communiqué un « écran de fumée » créé par le président Uribe pour détourner [...] Lire la suite

9-11 juillet 2003 • Brésil - ColombieÉchec d'une opération française de libération d'Ingrid Betancourt.

n'auraient été informés, est organisée par le Quai d'Orsay à la demande de la famille d'Ingrid Betancourt qui a reçu des informations relatives à la prochaine libération de celle-ci. L'ancienne candidate à l'élection présidentielle colombienne, qui possède également la nationalité française, a [...] Lire la suite

20-23 février 2002 • ColombieRupture des négociations entre le gouvernement et la guérilla, et enlèvement d'Ingrid Betancourt.

de 42 000 km2 de Caguan concédée aux rebelles en octobre 1998. Le 21, l'armée pénètre dans la zone de Caguan. Les rebelles quittent les zones urbaines pour se réfugier dans la forêt. Le 23, les F.A.R.C. enlèvent la sénatrice Ingrid Betancourt, candidate écologiste [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Bruno DIVE, « BETANCOURT INGRID (1961- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ingrid-betancourt/