Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

IBN ‘ARABĪ (1165-1241)

Bibliographie

Œuvres d'Ibn ‘Arabī

The Tarjumán al-Ashwáq. A Collection of Mystical Odes (Tardjumān al-ashwāḳ), trad. R. A. Nicholson, Londres, 1911 ; Vidas de santones en Andalucia, trad. partielle de Risālat Rūh alkụds par M. Asín Palacios, Madrid, 1933 ; La Sagesse des prophètes, trad. partielle de Fuṣūṣ al-ḥikam par T. Burckhardt, Paris, 1955 ; The Bezels of Wisdom, introd. et trad. R. W. J. Austin, Sick, Londres ; Al-Futūḥāt al-Makkiyya, nouv. éd. en cours, O. Yahia dir., Cons. sup. de la Culture, Le Caire, 1972-1983 ; La Profession de foi, trad. R. Deladrière, Éd. orientales, Paris, 1978 ; Les Soufis d'Andalousie, trad. R. W. J. Austin, ibid., 1979 ; Le Chant de l'ardent désir, trad. partielle Sami-Ali, Sindbad, Paris, 1989.

Études

C. Addas, Ibn ‘Arabi ou la Quête du soufre rouge, Gallimard, Paris, 1989

A. E. Afifi, The Mystical Philosophy of Muḥyiddîn-Ibnul ‘Arabī, Cambridge (G.-B.), 1939

M. Asín Palacios, El Islam cristianizado, Madrid, 1931 (L'Islam christianisé, G. Trédaniel, Paris, 1982)

A. Ateṣ, « Ibn al-‘Arabī », in Encyclopédie de l'Islam, t. III, Paris-Leyde, 1968

M. Chodkiewicz, Un océan sans rivage : Ibn Arabî, le Livre et la Loi, Seuil, Paris, 1992

H. Corbin, L'Imagination créatrice dans le soufisme d'Ibn ‘Arabī, Flammarion, Paris, 1958, rééd. 1976

O. Yahia, Histoire et classification de l'œuvre d'Ibn ‘Arabī, 2 vol., Damas, 1964.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : docteur de l'université Al-Azhar, Le Caire (alimiyya), docteur ès lettres, université de Paris-Sorbonne, maître de recherche au C.N.R.S.

Classification

Pour citer cet article

Osman YAHIA. IBN ‘ARABĪ (1165-1241) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • AVICENNE, arabe IBN SĪNĀ (980-1037)

    • Écrit par Henry CORBIN
    • 8 902 mots
    • 1 média
    ...Avicenne le pur péripatétisme, mais l'œuvre de Sohrawardī, qui ressuscita la « philosophie orientale » de l'ancienne Perse, et l'influence de la théosophie d' Ibn ‘Arabī, très rapidement intégrée (ou réintégrée) à la gnose shī‘ite. L'œuvre d'Avicenne n'a cessé d'être enseignée et commentée en Iran jusqu'à nos...
  • ISLAM (La religion musulmane) - Les sciences religieuses traditionnelles

    • Écrit par Chafik CHEHATA, Roger DELADRIÈRE, Daniel GIMARET, Guy MONNOT, Gérard TROUPEAU
    • 12 170 mots
    ...). Il est à noter que Marie, la mère de Jésus, est la seule femme qui ait droit dans le Coran (v, 75) au qualificatif de « juste » (ṣiddīqa). Ibn ‘Arabī, « le plus grand des maîtres » (mort en 1240), précise dans ses Futūḥāt (ii, p. 24) que « le ṣiddīq trouve, par une nécessité...

Voir aussi