IBN AL-NADĪM (936/37-env. 995)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

On connaît peu de choses de la vie d'Ibn al-Nadīm, sinon qu'il exerce à Baghdad le métier de copiste-libraire, vendant et copiant des manuscrits. Il partage avec ses anciens maîtres, al-Sīrāfī et le philosophe ‘Abū Sulaymān al-Manṭiqī, un intérêt pour la philosophie grecque, en particulier celle d'Aristote. Il appartient au cercle d' ‘Īsā b. ‘Alī, chez lequel il rencontre le philosophe chrétien Ibn al-Khammār.

Son Kitāb al-Fihrist constitue un précieux index de tous les livres écrits en arabe ou traduits d'une autre langue en arabe. Il comprend deux rédactions : la première comporte dix « discours », dont les six premiers traitent de sujets essentiellement religieux (écritures saintes des musulmans, des juifs et des chrétiens, grammaire et philologie, théologie scolastique), et les quatre derniers, de sujets profanes (fables, magie, alchimie) ; la seconde ne contient que le premier chapitre du premier discours et les quatre derniers discours. Cette seconde partie paraît moins impersonnelle que la première et se présente sous la forme d'une liste d'ouvrages. Les dimensions des volumes cités en référence sont indiquées et l'on trouve même, pour les poètes de son temps, le nombre de pages de l'œuvre et jusqu'au nombre de vers pour éviter toute falsification. Cet index a été largement utilisé par les successeurs d'Ibn al-Nadīm, notamment par Yaqūt (1229). Œuvre d'un auteur imamite (shī‘ite), le Kitāb al-Fihrist est mentionné dans l'ouvrage d'al-Ṭūsī, Fihrist kutub al-shī‘a (Index des ouvrages sur le shī‘isme), et constitue un document important.

—  Michèle ÉPINETTE

Écrit par :

Classification

Autres références

«  IBN AL-NADIM (936/37-env. 995)  » est également traité dans :

ISLAM (La religion musulmane) - Les sciences religieuses traditionnelles

  • Écrit par 
  • Chafik CHEHATA, 
  • Roger DELADRIÈRE, 
  • Daniel GIMARET, 
  • Guy MONNOT, 
  • Gérard TROUPEAU
  •  • 12 202 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les sciences coraniques »  : […] Au iv e  siècle de l'hégire/ x e  siècle, la fixation définitive des « lectures » ôte à la science correspondante l'actualité de premier plan qui était la sienne. Les qirā'āt restent un secteur fondamental parmi les disciplines descriptives et interprétatives du Coran, mais celles-ci sont désormais polarisées par le commentaire ( tafsīr ). De ces « sciences coraniques », les meilleurs tableaux no […] Lire la suite

MILLE & UNE NUITS LES

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH
  •  • 1 589 mots

Dans le chapitre « Le substrat indien et persan »  : […] La première mention des Nuits se trouve dans les Prairies d'or ( Murūǧ al-ḏahab ) d' al-Mas‘ūdī (mort en 956). Parmi les traductions en arabe d'ouvrages indiens, persans et byzantins, il cite celle du Hazār Afsāna ou Alf H̲urāfa , c'est-à-dire les Mille Contes . Toujours en ce x e  siècle, Ibn al-Nadīm (mort en 995) cite cette œuvre, confirme sa filiation persane et signale qu'al-Ǧahšiyārī (mo […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michèle ÉPINETTE, « IBN AL-NADĪM (936/37-env. 995) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 juillet 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ibn-al-nadim/