Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

MISLIYA HOMME DE

Misliya-1, un fossile éclairant

En 2018, l’anthropologue Israel Hershkovitz de l’université de Tel-Aviv et une équipe internationale d’une trentaine de chercheurs (israéliens, français, américains, allemands, espagnols, chinois…) ont décrit, dans la revue scientifique américaine Science, ce nouveau fossile humain, Misliya-1 (nom officiel du fossile), qui s’avère très important puisqu’il s’agit du plus vieil homme moderne connu hors d’Afrique. Il doit son nom au lieu de sa découverte : la grotte de Misliya. Il a été mis au jour lors de fouilles professionnelles ayant débuté en 2001 et bénéficiant des meilleures techniques d’investigation. Il est associé à des outils taillés du Moustérien levantin ancien, technologiquement proches de ceux de la couche D de la grotte de Tabun. Des années d’analyses ont été nécessaires pour étudier ce fossile et dater son contexte sédimento-archéologique.

Homme de Misliya - crédits : avec l’aimable autorisation d’Israel Hershkovitz

Homme de Misliya

Crânes de Néandertalien et d’homme moderne - crédits : B. Maureille, DAO F. Lacrampe-Cuyaubère, Archéosphère (Quirbajou) et G. Devilder (CNRS, UMR5199 PACEA).

Crânes de Néandertalien et d’homme moderne

Misliya-1 est un fossile très partiel, représenté uniquement par le maxillaire gauche presque complet d’un jeune adulte, les processus frontal et zygomatique étant absents. Si cet os maxillaire est incomplet, il porte presque toutes ses dents, qui ne sont pas trop usées, puisque seule la couronne de l’incisive centrale manque.

Plusieurs techniques de datation absolue (méthode uranium-thorium appliquée directement sur une des dents du maxillaire, résonance paramagnétique électronique, thermoluminescence) ont été utilisées pour déterminer l’âge du niveau sédimento-archéologique renfermant Misliya-1 et celui de ce fossile. Tous les résultats sont globalement concordants et placent le spécimen et l’unité sédimentaire dans la fourchette chronologique de –194 000 à –177 000 ans. Cela correspond à la moitié inférieure du stade isotopique marin 6 (daté de –190 000 à –140 000 ans), une période particulièrement froide et sèche en Eurasie septentrionale.

Misliya-1 montre des caractéristiques morphologiques osseuses et dentaires qui, sans aucun doute, l’excluent de la variabilité des membres de la lignée néandertalienne et l’intègrent sans équivoque au sein de celle des hommes anatomiquement modernes du Levant, d’Afrique de l’Est ou du Nord. Il s’agit, par exemple, de la forme des couronnes des dents : pas de convexité marquée au niveau de l’incisive ni de tubercule lingual (un relief à la base de la couronne dentaire, sur la face linguale de la dent), aspect gracile de la canine et des prémolaires comme cela est observé sur ces deux types de dents à Skhul et Qafzeh. Il en est de même avec les racines des prémolaires qui sont monoradiculées (une seule racine). Les données sur les dimensions de l’arcade dentaire vont également dans le même sens. Sur l’os, la racine du processus zygomatique, qui participe à la formation des pommettes, se situe – par rapport à l’arcade dentaire – au niveau de la première molaire permanente comme sur les fossiles d’Homosapiens d’Herto-Bouri (Éthiopie) ou de Djebel Irhoud (Maroc). Cette racine a donc une position antérieure à celle qui est observée chez les membres de la lignée néandertalienne où elle est plutôt placée au niveau de la deuxième molaire permanente ou entre la deuxième et la troisième molaire. Cette comparaison entre la morphologie de Misliya-1 et celle des Néandertaliens montre l’existence d’une face dite en inflexion sur ce fossile (comme chez l’homme actuel ou l’homme moderne) et pas en extension (comme chez les membres de la lignée néandertalienne).

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : directeur de recherche au CNRS, directeur du département de sciences archéologiques de l'université de Bordeaux

Classification

Pour citer cet article

Bruno MAUREILLE. MISLIYA HOMME DE [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Homme de Misliya - crédits : avec l’aimable autorisation d’Israel Hershkovitz

Homme de Misliya

Crânes de Néandertalien et d’homme moderne - crédits : B. Maureille, DAO F. Lacrampe-Cuyaubère, Archéosphère (Quirbajou) et G. Devilder (CNRS, UMR5199 PACEA).

Crânes de Néandertalien et d’homme moderne

Voir aussi