Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

MISLIYA HOMME DE

Implications phylogéniques

Misliya-1 représente actuellement le plus ancien homme moderne mis au jour en dehors d’Afrique. Cette première migration se serait produite au moins 60 000 ans plus tôt que ce qui avait été démontré jusqu’ici (en se basant alors sur les fossiles de Skhul et Qafzeh). Compte tenu des éléments publiés, cette interprétation taxinomique et chronologique est la plus parcimonieuse. Pour les auteurs de l’étude, il s’agit donc du plus ancien Homo sapiens non africain. Les fossiles contemporains trouvés en Europe de l’Ouest ou en Orient sont alors considérés comme des Homo heidelbergensis ou des Néandertaliens, des Denisoviens ou encore des Homo erectus tardifs.

Mais cette découverte pose aussi de nombreuses questions. Le groupe représenté par l’homme de Misliya-1 est-il celui qui est ancestral des fossiles de Skhul et de Qafzeh, lignée qui aurait évolué sur place ? Quelles ont été les relations de cette (ou ces) lignée(s) évolutive(s) avec celle(s) représentée(s) par les fossiles de Tabun, de Qesem ou celle des fossiles majoritairement considérés comme des Néandertaliens du Levant ? De nouvelles découvertes, la réelle interdisciplinarité existant au sein des équipes de fouilles, la multiplication et l’amélioration des techniques de datation apporteront sûrement des réponses à ces questions.

— Bruno MAUREILLE

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : directeur de recherche au CNRS, directeur du département de sciences archéologiques de l'université de Bordeaux

Classification

Pour citer cet article

Bruno MAUREILLE. MISLIYA HOMME DE [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Homme de Misliya - crédits : avec l’aimable autorisation d’Israel Hershkovitz

Homme de Misliya

Crânes de Néandertalien et d’homme moderne - crédits : B. Maureille, DAO F. Lacrampe-Cuyaubère, Archéosphère (Quirbajou) et G. Devilder (CNRS, UMR5199 PACEA).

Crânes de Néandertalien et d’homme moderne

Voir aussi