HÔ CHI MINH-VILLE, anc. SAÏGON

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Vietnam : carte administrative

Vietnam : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Cathédrale Notre-Dame à Hô Chi Minh-Ville (Vietnam)

Cathédrale Notre-Dame à Hô Chi Minh-Ville (Vietnam)
Crédits : Insight Guides

photographie


Située à l'articulation du delta du Mékong et de la zone deltaïque du Dong Nai-rivière de Saigon, Hô Chi Minh-Ville, l'ancienne Saigon, dispose d'une double origine : Cholon (« le grand marché ») ville-comptoir fondée par les Chinois en 1679 et devenue une importante place marchande, et Gia Dinh, chef-lieu de province dès 1698, dotée du statut de ville (thanh phô) en 1772 et d'une citadelle construite en 1790 par Nguyên Anh. Occupant le site depuis 1788, celui-ci en fit sa capitale jusqu'à 1801, avant de réunifier le pays autour de Hué et de prendre le nom d'empereur de Gia Long. Installée sur une terrasse alluviale dominant la rivière, la citadelle a été remplacée par le « plateau » où s'est déployé le damier de la ville coloniale. Au-dessous, un front de rivière réunissait les installations portuaires et les grandes maisons de commerce.

Vietnam : carte administrative

Vietnam : carte administrative

Carte

Carte administrative du Vietnam. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Cathédrale Notre-Dame à Hô Chi Minh-Ville (Vietnam)

Cathédrale Notre-Dame à Hô Chi Minh-Ville (Vietnam)

Photographie

Située place Commune-de-Paris à Hô Chi Minh-Ville (ancienne Saïgon), la cathédrale Notre-Dame fut construite entre 1877 et 1880 par les architectes Jules Bourard et Edmond Boulanger. De style néo-roman avec sa façade de brique rouge sur laquelle tranche la pierre blanche et ses deux... 

Crédits : Insight Guides

Afficher

La rapide croissance des exportations de riz a fait de Saigon la capitale économique du pays et la plus grande ville de l'Indochine (500 000 habitants en 1946). Avec la guerre française, sa population a triplé, 1,7 million en 1954 pour seulement 380 000 à Hanoï. De nouveaux quartiers se sont développés dans les zones basses, en couronne autour du plateau, le long de l'arroyo chinois conduisant au delta du Mékong, et en bordure des principaux axes routiers. La guerre américaine a été l'occasion d'un nouveau doublement, l'agglomération atteignant 4 millions d'habitants en 1974. La ville prit le nom d'Hô Chi Minh-Ville en 1976, après la réunification, Saigon ne désignant plus depuis que le port. Cette croissance démesurée a transformé la ville coloniale en un ensemble hétérogène, où subsistent quelques beaux bâtiments coloniaux. La ville était alors entourée par un glacis défensif d'une vingtaine de kilomètres de largeur, vidé en partie de sa population. La densification a remplacé les villas par des immeubles en béton de cinq à six étages, surélevé les compartiments chinois et développé les bidonvilles le long des ca [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  HÔ CHI MINH-VILLE, anc. SAÏGON  » est également traité dans :

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Dynamiques régionales

  • Écrit par 
  • Manuelle FRANCK, 
  • Bernard HOURCADE, 
  • Georges MUTIN, 
  • Philippe PELLETIER, 
  • Jean-Luc RACINE
  •  • 24 803 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Développement d'une industrie d'exportation »  : […] La transition vers une économie plus industrialisée s'est accélérée partout à partir des années 1980, lorsque des politiques de promotion des exportations de produits manufacturés, s'accompagnant de la libéralisation de nombreux secteurs d'activité et de l'ouverture aux capitaux étrangers, ont remplacé les politiques de substitution des importati […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/asie-geographie-humaine-et-regionale-dynamiques-regionales/#i_28905

SAIGON CHUTE DE (1975)

  • Écrit par 
  • Olivier COMPAGNON
  •  • 166 mots
  •  • 1 média

Le 30 avril 1975, Saigon, ville fondée au milieu du xix e  siècle par l'administration coloniale française et devenue capitale du Sud-Vietnam après la partition du pays en 1954, tombe aux mains des troupes nord-vietnamiennes commandées par le général Van Tien Dung, au terme de plusieurs semaines de combats. La prise de Saigon, rebaptisée Hô Chi Min […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chute-de-saigon/#i_28905

VIETNAM

  • Écrit par 
  • Philippe DEVILLERS, 
  • Pierre-Bernard LAFONT, 
  • NGUYÊN TRÂN HUÂN, 
  • Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, 
  • Matthieu SALOMON, 
  • Stéphanie SOUHAITÉ, 
  • Christian TAILLARD
  • , Universalis
  •  • 46 527 mots
  •  • 40 médias

Dans le chapitre « L'idéologie et les ambitions du vainqueur »  : […] La chute du régime de Saigon est brutale. Le nouveau pouvoir se retrouve face à une situation extrêmement chaotique : immenses problèmes matériels, chômage galopant, marchés vides, services publics inactifs, millions de réfugiés sur les routes... Les comités populaires issus de la résistance clandestine s'emparent du pouvoir, en s'efforçant de mett […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vietnam/#i_28905

VIETNAM. À TRAVERS L'ARCHITECTURE COLONIALE (A.Le Brusq)

  • Écrit par 
  • Adrien GOETZ
  •  • 925 mots

Les colonies furent un laboratoire passionnant et méconnu en matière d'architecture. En Indochine, la France inventa ainsi une architecture « vietnamienne », forgée souvent de toutes pièces dans les agences d'architecture parisiennes et dans les concours arbitrés au ministère des Colonies, dont l'actuelle architecture nationale vietnamienne est l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vietnam-a-travers-l-architecture-coloniale/#i_28905

Pour citer l’article

Christian TAILLARD, « HÔ CHI MINH-VILLE, anc. SAÏGON », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ho-chi-minh-ville-saigon/