EYRING HENRY (1901-1981)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Physico-chimiste américain né au Mexique à Colonia Juarez – Henry Eyring deviendra citoyen américain en 1935 – et mort à Salt Lake City. Il commence ses études supérieures à l'université d'Arizona où il obtient une maîtrise de métallurgie en 1927. Il s'oriente ensuite vers la chimie physique et il obtient un doctorat dans cette discipline en 1927 à l'université de Berkeley, en Californie. Il est ensuite assistant à l'université du Wisconsin, puis part en 1929 à Berlin passer un an dans le laboratoire de Michael Polanyi (1891-1976) au Kaiser Wilhelm Institut. En 1931, il est nommé professeur de chimie à l'université Princeton, qu'il quitte en 1946 pour l'université de Salt Lake City dans l'Utah, où il terminera sa carrière.

Les thèmes de recherche d'Eyring ont été très nombreux, mais sa découverte fondamentale a été, en 1935, l'établissement de la théorie de l'état de transition : il a su prendre en compte, en utilisant des méthodes de calcul fondées sur la mécanique quantique, les énergies mise en jeu dans les ruptures et les formations de liaisons intervenant dans les réactions chimiques ; cela lui a permis d'établir une méthode générale pour calculer les vitesses des réactions chimiques et l'influence de la température sur ces vitesses. Indépendamment, Michael Polanyi et M. G. Evans (1904-1952) proposent, également en 1935, une théorie similaire.

Après la formulation de la théorie de l'état de transition, Eyring va l'appliquer à un grand nombre de phénomènes physiques et chimiques : il montre comment les processus de diffusion, de plasticité et de viscosité et certains phénomènes électrochimiques ou de bioluminescence peuvent être ainsi interprétés.

On peut signaler aussi ses contributions en spectrométrie de masse, dans le domaine de l'activité optique et particulièrement du dichroïsme circulaire, ainsi que son intérêt pour des phénomènes biologiques tels que la conduction nerveuse, la diffusion à travers les membranes biologiques et les mutations.

Eyring, très attaché à sa foi, était membre de la communauté des Mormons et il y occupa des fonctions importantes.

—  Georges BRAM

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-Sud-XI-Orsay

Classification


Autres références

«  EYRING HENRY (1901-1981)  » est également traité dans :

CHIMIE THÉORIQUE

  • Écrit par 
  • Lionel SALEM, 
  • François VOLATRON
  •  • 4 284 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Surfaces de potentiel et « état de transition » »  : […] En partant de l'approximation de Born-Oppenheimer, le chimiste théoricien peut calculer l'énergie d'une molécule pour n'importe quelle disposition relative des noyaux. Ainsi, pour une molécule diatomique, il peut évaluer l'énergie en fonction de la distance entre les deux noyaux. Il obtient une courbe appelée courbe de potentiel . Cette courbe de potentiel, comme ses formes plus compliquées appelé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chimie-theorique/#i_11576

EAU - Propriétés physico-chimiques

  • Écrit par 
  • Antoine POTIER
  •  • 2 256 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Structure du liquide »  : […] La molécule d'eau est une petite molécule angulaire et symétrique, mais son moment dipolaire élevé (1,85 debye) ne peut être expliqué que par l'existence de deux paires d'électrons libres. Les deux paires et les deux liaisons sont orientées tétraédriquement, comme dans la glace Ih , dans laquelle il y a des liaisons hydrogène (liaisons H) O—H...O résultant de l'interaction entre l'hydrogène d'une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eau-proprietes-physico-chimiques/#i_11576

Pour citer l’article

Georges BRAM, « EYRING HENRY - (1901-1981) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/henry-eyring/