PIÉRON HENRI (1881-1964)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Psychologue, maître des études de psychologie expérimentale en France entre 1910 et 1950 environ. Né à Paris, agrégé de philosophie, Piéron entra en 1901 comme préparateur au laboratoire de psychologie expérimentale de l'École pratique des hautes études, sis alors en l'asile de Villejuif. Il travailla d'abord sous la direction de Toulouse et Vaschide. Il devint docteur en médecine en 1912, puis assistant de Pierre Janet ; la mort prématurée d'A. Binet le mit alors à la tête du laboratoire de psychologie de la Sorbonne. Il donna à la psychologie expérimentale, jusqu'alors surtout clinique et psychiatrique, une orientation plus large, très proche de la physiologie, la situant à la jonction de la réflexologie pavlovienne et du béhaviorisme, dont il fut le précurseur en annonçant très nettement dès 1908 sa volonté d'éliminer les données de l'introspection et en assignant à la psychologie l'étude des comportements, indifféremment animaux et humains.

Nommé en 1923 professeur au Collège de France pour y occuper la chaire de physiologie des sensations, créée pour lui, il étudie surtout les données élémentaires du psychisme : la vie affective et la sensation. Par ailleurs, il règne sur la psychologie française, fonde en 1920 l'Institut de psychologie de la Sorbonne, l'Institut national d'orientation professionnelle (avec Mme Piéron), dirige L'Année psychologique (depuis 1911) — y refusant tous travaux de type introspectif, littéraire ou philosophique —, dirige un vaste Traité de psychologie appliquée (7 vol., 1949-1959) devient le premier président de l'Union internationale de psychologie scientifique.

Défenseur, en face de Bergson, d'une psychologie objective, Piéron n'en défendit pas moins un certain humanisme, qui s'exprime dans son ouvrage posthume L'homme, rien que l'homme (1967).

L'œuvre scientifique de Piéron est consignée dans des articles réunis en un volume intitulé De l'actinie à l'homme (1958) et dans son maître livre, La Sensation guide de la vie (1945). On lui doit encore : L'Évolution de la mémoire (1910) ; Le Problème physiologique du sommeil (1913) ; Le Cerveau et la Pensée (1923) ; La Connaissance sensorielle et les problèmes de la vision (1926) ; Psychologie zoologique (1941) ; Psychologie différentielle (1949) ; Vocabulaire de la psychologie (1957) ; Examens et docimologie (1963).

—  Georges TORRIS

Écrit par :

Classification


Autres références

«  PIÉRON HENRI (1881-1964)  » est également traité dans :

BEHAVIORISME

  • Écrit par 
  • Jean-François LE NY
  •  • 4 674 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La rupture watsonienne »  : […] Le terme même de comportement est ancien et, au début du xx e siècle, les dictionnaires le qualifient de « vieux ». Une de ses premières utilisations françaises se trouve chez Pascal : « Pour reconnaître si c'est Dieu qui nous fait agir, il vaut bien mieux s'examiner par nos comportements au-dehors que par nos motifs au-dedans. » Mais, bien entendu, son usage nouveau s'inspire plutôt de la tradit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/behaviorisme/#i_12768

FESSARD ALFRED (1900-1982)

  • Écrit par 
  • Pierre BUSER, 
  • Yves GALIFRET, 
  • Yves LAPORTE
  •  • 1 614 mots

Né à Paris en 1900, Alfred Fessard, que sa famille destinait à une carrière commerciale, fut remarqué, adolescent, par Jean-Maurice Lahy, directeur du laboratoire de psychologie appliquée de l’École pratique des hautes études, qui lui conseilla de passer par l'École normale d'instituteurs de la Seine, pour pouvoir s'inscrire ensuite à la Sorbonne, où il prépara, au début des années 1920, la licenc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alfred-fessard/#i_12768

TEST PSYCHOLOGIQUE

  • Écrit par 
  • Jacques GRÉGOIRE
  •  • 7 013 mots

Dans le chapitre « Les formats de test »  : […] Les tests psychologiques peuvent prendre de nombreux formats, dont la variété s’étend avec l’apparition de nouvelles technologies. Afin de catégoriser ces différents formats, une première distinction peut être faite entre les tests mesurant des connaissances ou des compétences cognitives et ceux évaluant d’autres caractéristiques mentales, comme les traits de personnalité, les intérêts ou les émot […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/test-psychologique/#i_12768

Pour citer l’article

Georges TORRIS, « PIÉRON HENRI - (1881-1964) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-pieron/