KRASUCKI HENRI (1924-2003)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Syndicaliste français, Henoch Krasucki est né le 2 septembre 1924, à Wolomin, près de Varsovie. Il a deux ans lorsque ses parents, juifs et communistes, émigrent à Paris, où il prendra le prénom d'Henri. Son père, Isaac Krasucki, tient un atelier de tricot dans le quartier de Belleville, qui compte alors une importante communauté yiddish. Il est également syndicaliste à la C.G.T.U., la fraction de la C.G.T. qui a épousé, en 1921, la cause de l'U.R.S.S.

Henri Krasucki grandit dans ce double milieu immigré et engagé, tout en fréquentant l'école de la République. Bon élève, il fréquente le lycée Voltaire jusqu'en 4e, mais il ne retourne pas en classe à la rentrée 1939. À des raisons financières s'ajoutent les conséquences du pacte germano-soviétique et l'interdiction du P.C.F. qui s'ensuit. Le jeune lycéen est déjà un militant aguerri, pionnier du parti (avec pour instructeur Pierre Georges, le futur colonel Fabien) puis membre actif de la Jeunesse communiste.

Il plonge dans la clandestinité à la fin de 1940, animant la section juive des jeunes résistants communistes de la M.O.I. (Main-d'œuvre immigrée), d'abord dans le XXe arrondissement, puis au niveau de la région parisienne. Il est arrêté en mars 1943 par la police française, torturé, puis livré aux Allemands. Il est déporté à Auschwitz en juin 1943 (convoi no 55). Sélectionné comme apte au travail à son arrivée au camp, il échappe à l'extermination immédiate. Avec l'aide du réseau communiste clandestin, il est affecté comme mineur de charbon dans le camp annexe de Jawischowitz, en Haute-Silésie. Au début de 1945, face à l'avancée des Soviétiques, il est transféré au camp de Buchenwald (Thuringe). Libéré par les Américains, il rentre à Paris en mai 1945, obtenant rétroactivement le grade de lieutenant des F.T.P.

Henri Krasucki travaille quelques mois comme ajusteur chez Renault. Mais, dès 1945 – à vingt et un ans – il embrasse définitivement une carrière de « révolutionnaire professionnel », d'homme d'appareil stalinien, entièrement dévo [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  KRASUCKI HENRI (1924-2003)  » est également traité dans :

AFFICHE ROUGE L'

  • Écrit par 
  • Stéphane COURTOIS
  •  • 2 049 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « F.T.P.-M.O.I. contre polices française et allemande »  : […] étapes principales. La première aboutit à la fin de mars 1943, après trois mois de filature, à l'arrestation de cinquante-sept jeunes de la section juive de la M.O.I. parisienne et de leur chef, Henri Krasucki. Celui-ci, alors âgé de dix-huit ans, sera déporté ; il deviendra dans les années 1960-1980 l'un des dirigeants du P.C.F. et de la C.G.T […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-affiche-rouge/#i_89789

C.G.T. (Confédération générale du travail)

  • Écrit par 
  • Jean BRUHAT, 
  • René MOURIAUX
  • , Universalis
  •  • 4 358 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  Maintenir la C.G.T. »  : […] intérêts du P.C.F. La présence de ministres communistes au gouvernement de juin 1981 à juillet 1984 ne simplifie pas la situation. Henri Krasucki devient secrétaire général en 1982 et s'applique à réussir le délicat exercice du soutien critique à l'action menée par Pierre Mauroy. Il est à noter que l'Union générale des fonctionnaires de France […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/confederation-generale-du-travail/#i_89789

Pour citer l’article

Dominique ANDOLFATTO, « KRASUCKI HENRI - (1924-2003) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-krasucki/