LACORDAIRE HENRI DOMINIQUE (1802-1861)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fils d'un ancien médecin de la marine, Henri Lacordaire fit ses études au lycée puis à l'école de droit de Dijon, et devint avocat stagiaire à Paris en 1823. Il se convertit en 1824 et entra presque aussitôt au séminaire d'Issy. Ordonné prêtre le 22 septembre 1827, nommé chapelain de la Visitation (févr. 1828) puis second aumônier du lycée Henri-IV (1829), il entretenait en lui sans relâche l'ambition d'agir sur l'opinion publique, ambition qui s'était éveillée depuis son entrée (1821) dans la Société d'études de Dijon.

Après les journées de Juillet, l'abbé Lacordaire est, avec le comte de Montalembert, le plus engagé des collaborateurs de Lamennais dans la fondation du journal L'Avenir et dans les campagnes d'opinion qui lui font suite, principalement celle sur la liberté d'enseignement. Il ouvre une école libre à Paris en mai 1831, malgré les lois, provoquant ainsi un procès à grand retentissement. Après la suspension de L'Avenir (15 nov. 1831) consécutive à la réserve grandissante de l'épiscopat, il entraîne Lamennais et Montalembert à Rome pour solliciter un jugement. À la suite de la condamnation (encyclique Mirari vos du 15 août 1832) et de leur lettre commune de soumission (11 sept.), Lacordaire revient à La Chênaie auprès de Lamennais, mais rompt avec lui le 11 décembre 1832.

Ayant repris ses fonctions de chapelain à la Visitation, il est sollicité en janvier 1834, spécialement par Frédéric Ozanam, pour donner des conférences aux élèves du collège Stanislas. Le public s'élargit, et bientôt Mgr de Quelen, archevêque de Paris, le prie de poursuivre ces conférences à Notre-Dame (carêmes de 1835 et de 1836). Lacordaire n'avait pas attendu ce succès pour prendre publiquement ses distances à l'égard de son ancien maître (Considérations sur le système philosophique de M. de Lamennais, juin 1834). Gêné par les suspicions dont il continue d'être l'objet, il décide d'interrompre les conférences et se retire à Rome (mai 1836). Il y rédige, pour répondre aux Affaires de Rome de Lamennais, sa Lett [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  LACORDAIRE HENRI DOMINIQUE (1802-1861)  » est également traité dans :

CATHOLICISME LIBÉRAL ET CATHOLICISME SOCIAL

  • Écrit par 
  • René RÉMOND
  •  • 7 261 mots

Dans le chapitre « La liberté, fille du christianisme »  : […] entre la fidélité à leur foi et leur attachement à la liberté. Un Montalembert, un Lacordaire, pour s'en tenir à des exemples français, ne mettent pas, à servir la liberté, moins de ferveur ou de conviction que les libéraux non catholiques, tels un Benjamin Constant ou un La Fayette. Ils constituent, à l'intérieur de la grande famille libérale, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/catholicisme-liberal-et-catholicisme-social/#i_3689

DOMINICAINS

  • Écrit par 
  • André DUVAL
  •  • 3 393 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Restauration ou réinvention ? (XIXe-XXe s.) »  : […] Le nom de Lacordaire domine mais ne résume pas à lui seul la restauration dominicaine au xixe siècle. L'implantation (1804) et le développement de l'ordre aux États-Unis, la reprise de la vie conventuelle aux Pays-Bas, en Angleterre, en Croatie, en Espagne ne doivent rien au fondateur des Conférences […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dominicains/#i_3689

Pour citer l’article

André DUVAL, « LACORDAIRE HENRI DOMINIQUE - (1802-1861) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-dominique-lacordaire/