CALLAHAN HARRY (1912-1999)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le photographe Harry Callahan est né en 1912 à Detroit, dans le Michigan. Après des études de chimie, il s'oriente vers le commerce et entre aux usines Chrysler en 1936. Il épouse Eleanor qui sera avec leur fille Barbara l'un de ses modèles favoris. En 1938, il fait l'acquisition de son premier appareil, un Rolleicord 120, et rejoint le photo-club de l'entreprise Chrysler. Il se tourne vers le grand format à partir de 1941 et suit à Detroit un stage d'Ansel Adams qui l'impressionne : « Lorsque j'ai vu ce qu'Adams pouvait faire avec un appareil, je me suis senti libre d'aller de l'avant et de photographier tout ce que je voulais, comme je le voulais. »

Eleanor, H. Callahan

Eleanor, H. Callahan

Photographie

Harry Callahan, Eleanor, vers 1947, tirage argentique, 20,2 cm x 12,5 cm. F.R.A.C.-Collection Aquitaine, Bordeaux. 

Crédits : Frac-collection Aquitaine

Afficher

La rencontre d'un autre photographe, Alfred Stieglitz, en 1942, restera pour lui un événement marquant. L'année suivante, il obtient des images très contrastées prises dans la neige et d'un minimalisme qu'il ne cessera de cultiver. Il se procure un Contax 35 mm qui lui permet de prendre des vues de rue : il y expérimente le principe des expositions multiples et fait ses premières images en couleurs pour lesquelles il opère de nuit et en pause longue. Employé au laboratoire photographique de la General Motors, il le quitte en 1945 pour s'engager définitivement dans la voie de la création. De Paul Strand à Lisette Model, il côtoie à New York tout ce que la ville compte d'esprits novateurs dans le domaine de la photographie. New York lui inspire un travail sur les façades d'immeubles où il tend parfois à l'abstraction. Il explore ainsi toutes sortes de réalités (à Detroit, il photographie en gros plan des passantes dans la rue ; plus tard, il réalise une série de fenêtres, thème sur lequel il reviendra souvent) dont il exploite la forme et la matière : « Mon projet est de photographier ce que j'ai pu ressentir et désirer, [...] de me lever le matin en me sentant libre de jouir des arbres, des herbes, de l'eau, du ciel, d'un immeuble ou des gens. »

En 1947, sa première exposition personnelle a lieu dans une galerie de Chicago. L'année s [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : historien et critique de la photographie, chargé de cours à l'université de Paris-X

Classification


Autres références

«  CALLAHAN HARRY (1912-1999)  » est également traité dans :

PHOTOGRAPHIE (art) - Un art multiple

  • Écrit par 
  • Hervé LE GOFF, 
  • Jean-Claude LEMAGNY
  •  • 10 787 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « La photographie subjective »  : […] La photographie de libre expression ou photographie subjective a eu une vogue parallèle à celle de l'art abstrait en peinture . Aux États-Unis, László Moholy-Nagy, venu du Bauhaus, enseignait à Chicago l'intégration des procédés photographiques à une expérimentation plastique totalement libérée (jeux de lumières -photogrammes) . Il marqua les Américains Harry Callahan et Aaron Siskind et leurs élè […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/photographie-art-un-art-multiple/#i_96700

Pour citer l’article

Gabriel BAURET, « CALLAHAN HARRY - (1912-1999) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/harry-callahan/