BOHR HARALD (1887-1951)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Copenhague, frère du physicien Niels Bohr, Harald Bohr devint professeur à l'institut polytechnique de Copenhague, en 1915, puis à l'Université de cette ville, en 1930.

Ses premiers travaux portent sur les séries de Dirichlet. En liaison avec E. Landau, il étudie la fonction zêta dans sa partie critique et ses applications en théorie analytique des nombres ; ensemble, ils énoncent, en 1914, un théorème (appelé le théorème de Bohr-Landau) sur la distribution des zéros de la fonction zêta. L'étude des approximations diophantiennes et de l'équidistribution de familles de nombres le conduit à la création de la théorie des fonctions presque périodiques, sa plus notable contribution aux mathématiques.

—  Jacques MEYER

Écrit par :

Classification


Autres références

«  BOHR HARALD (1887-1951)  » est également traité dans :

HARMONIQUE ANALYSE

  • Écrit par 
  • René SPECTOR
  •  • 5 770 mots

Dans le chapitre « Les fonctions presque-périodiques »  : […] La somme de deux fonctions périodiques dont les périodes sont dans un rapport irrationnel n'est pas périodique (par exemple, e ix + e − i π x , sin  x +cos  2 x sont des modèles de telles fonctions). Cependant, les fonctions de ce type ont des propriétés voisines de la périodicité. Cette idée a conduit Harald Bohr, vers 1925, à la notion de fonct […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/analyse-harmonique/#i_31072

Pour citer l’article

Jacques MEYER, « BOHR HARALD - (1887-1951) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 janvier 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/harald-bohr/