SMITH HAMILTON (1931- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Microbiologiste américain, Prix Nobel de physiologie ou médecine en 1978, conjointement à Werner Arber et Daniel Nathans, pour la découverte d'une nouvelle classe d'enzymes de restriction, qui reconnaissent des séquences spécifiques de nucléotides dans une molécule d'ADN et clivent la molécule à cet endroit précis.

Hamilton Othanel Smith est né le 23 août 1931 à New York. En 1952, il est diplômé de l'université de Californie à Berkeley ; en 1956, il termine ses études de médecine à l'université Johns Hopkins. Après un internat et un résidanat, il rejoint, en 1962, la faculté de médecine de l'université du Michigan. En 1967, il retourne à l'université Johns Hopkins, où il devient professeur de microbiologie, en 1973.

Werner Arber et divers chercheurs avaient déjà étudié des enzymes de restriction, capables de reconnaître des séquences spécifiques d'ADN. Mais ces enzymes de type 1 coupaient l'ADN au hasard, et non au niveau du site reconnu. Alors qu'ils étudient le mécanisme par lequel la bactérie Haemophilus influenzae est capable de s'approprier l'ADN du virus phage P22, Hamilton Smith et ses collaborateurs découvrent pour la première fois ce qu'on appellera par la suite les enzymes de restriction de type 2. Non seulement, ces enzymes reconnaissent des régions spécifiques dans la séquence d'ADN, mais encore elles coupent l'ADN précisément au niveau de ces sites. Du fait de ce comportement prévisible, les enzymes de restriction de type 2 sont devenues des outils irremplaçables pour l'étude de la structure de l'ADN et pour la technologie du génie génétique.

Après le Nobel, Hamilton Smith s’illustre en participant, dans le cadre de l’Institut de recherche en génomique de Rockville (Maryland), au séquençage de génomes microbiens, dont le tout premier, en 1995, est celui de H. influenzae. À partir de 1998, il contribue, au sein de Celera Genomics, au séquençage du génome humain. Avec son équipe du J. Craig Venter Institute, il réalise en 2003 la première synthèse d’un génome, celui du virus bactériophage Phi X 174.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  SMITH HAMILTON (1931- )  » est également traité dans :

NATHANS DANIEL (1928-1999)

  • Écrit par 
  • Vincent BARGOIN
  •  • 507 mots

Après avoir obtenu son diplôme de médecin en 1954, Daniel Nathans a commencé à exercer au Columbia Presbyterian Medical Center de New York. Très tôt cependant, il s'oriente vers la recherche, et entame sa nouvelle carrière au National Institute of Health. Après un bref passage auprès de Fritz Lipmann, au Rockefeller Institute, il rejoint en 1962 la Johns Hopkins University, à Baltimore, dont il di […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/daniel-nathans/#i_28345

Pour citer l’article

« SMITH HAMILTON (1931- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hamilton-smith/