DUBOIS GUILLAUME cardinal (1656-1723)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fils d'un apothicaire de Brive-la-Gaillarde, Guillaume Dubois fit d'excellentes études à Paris, comme boursier au collège Saint-Michel, rue de Bièvre. Pauvre, le jeune abbé donnait des leçons pour vivre. Il enseigna ainsi la géographie au jeune Choiseul, puis devint sous-précepteur du duc de Chartres qui deviendra Philippe d'Orléans, régent de France. Il réussit fort bien dans cette tâche et eut la totale responsabilité de l'éducation de son élève après la mort du précepteur en titre. Le duc d'Orléans parvenu au pouvoir lui donna plusieurs abbayes de son apanage. L'évêché de Cambrai, bénéfice considérable qui avait été à Fénelon, venant à vaquer, il devint archevêque et bientôt cardinal (1721). Secrétaire d'État aux Affaires étrangères en 1718, il obtint aussi les Postes, charge lucrative, et réussit à devancer tous ses adversaires : Noailles, Torcy, Villeroi, d'Aguesseau, pour porter le titre et la responsabilité de principal ministre (1722). L'avocat Barbier le peignait ainsi : « Cet homme-là est d'une politique infinie pour son ambition [...], il a soixante-huit ans, ne boit pas, ne voit aucune femme ni ne joue. » Saint-Simon fut plus méchant à son égard : « Tous les vices combattaient en lui [...], l'avarice, la débauche étant ses dieux, la perfidie, la flatterie, les servages ses moyens, l'impiété parfaite son repos [...], il avait de l'esprit, assez de lettres, d'histoire et de lecture. » Lorsqu'il entra au Conseil, le grand mémorialiste déclara « qu'il avait réussi à s'y insinuer comme ces plantes qui s'introduisent dans les murailles et qui enfin les renversent ». Ces portraits rendent assez bien compte des jugements des contemporains sur le ministre-cardinal, mais non de son action politique. Louis XIV vieillissant rêvait, avec Torcy et Villars, d'une alliance Paris-Vienne-Madrid pour faire échec à l'Angleterre dont la puissance ne cessait d'inquiéter. Mais Philippe V refusa de renoncer au trône de France, ce qui le brouilla avec le régent. Quant à l'Angleterre whig, elle se sentait menacée par Jacques III, le prétendant Stuart, et craignait la coalition [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  DUBOIS GUILLAUME cardinal (1656-1723)  » est également traité dans :

CELLAMARE ANTONIO DEL GIUDICE prince de (1657-1733)

  • Écrit par 
  • Paul GUICHONNET
  •  • 462 mots

La « conspiration de Cellamare » est un épisode de la crise ouverte à l'intérieur et à l'extérieur par la mort de Louis XIV (1715). Le roi laisse comme héritier son arrière-petit-fils, âgé de cinq ans, et il a organisé, avant sa mort, la régence. Elle est confiée en titre à son neveu Philippe, duc d'Orléans, dont les pouvoirs sont strictement limités au profit du duc du Maine, fils légitimé de Lou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antonio-del-cellamare/#i_49629

ORLÉANS PHILIPPE duc d' (1674-1723) régent de France (1715-1723)

  • Écrit par 
  • Louis TRENARD
  •  • 538 mots

Fils de Monsieur, frère de Louis XIV, et de la princesse Palatine, duc de Chartres, Philippe d'Orléans commence sa carrière des armes aux Pays-Bas, aux côtés de Louis XIV et se distingue par une brillante conduite à Mons, à Steinkerque et à Neerwinden en 1693. C'est un grand et bel homme : « De port aisé et fort noble [...] il avait dans le visage, dans toutes ses manières, une grâce infinie et si […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philippe-orleans/#i_49629

RÉGENCE

  • Écrit par 
  • Louis TRENARD
  •  • 816 mots

Régime établi pendant la minorité de Louis XV (1715-1723) et dans une période de réaction contre le Grand Siècle, le Conseil de régence est dominé par trois hommes : le régent Philippe d'Orléans, le banquier Law et l'abbé Guillaume Dubois. Louis XIV avait réglé dans son testament l'organisation du Conseil de régence de son arrière-petit-fils âgé de cinq ans. Il devait comprendre les princes légiti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/regence/#i_49629

Pour citer l’article

Jean-Marie CONSTANT, « DUBOIS GUILLAUME cardinal (1656-1723) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/guillaume-dubois/