GONG XIAN [KONG HIEN] (av. 1599-1689) ET KUNCAN [K'OUEN-TS'AN] (1612-av. 1680)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le théoricien et l'artiste

Les théories picturales de Gong Xian se trouvent consignées dans un traité Les Secrets de la peinture – Hua jue – ainsi que dans les nombreuses inscriptions tracées par l'artiste sur ses œuvres. Le traité est constitué en fait par une compilation des notes que Gong Xian avait écrites en marge des esquisses et démonstrations graphiques destinées à ses élèves, aussi présente-t-il un caractère d'initiation élémentaire à la technique picturale, très simple et concret. La théorie esthétique est plus développée dans les inscriptions de peinture. Pour Gong Xian, le fondement de l'art réside dans la nature ; avec la nature pour guide, le peintre doit développer une création autonome, affranchie des stéréotypes et des écoles. On retrouve ces mêmes idées chez les autres grands contemporains de Gong Xian, les individualistes du xviie siècle, chez Shitao en particulier qui les exprimera avec le plus d'éloquence. La différence entre Shitao et Gong Xian est que le premier hausse la théorie esthétique sur le plan abstrait et universel de la philosophie, tandis que le second la relie toujours étroitement à l'expérience concrète de la technique picturale.

Une autre idée essentielle de Gong Xian est que le peintre doit atteindre l'originalité – qi – par des moyens équilibrés – an. La vertu d'équilibre est illustrée par les peintres professionnels qui possèdent une grande sûreté de métier, mais qui manquent d'inspiration spirituelle ; les lettrés, au contraire, expriment plus aisément une invention originale, cependant que la solidité équilibrée du métier leur fait souvent défaut ; à tout prendre, cette maladressesheng – inspirée est préférable à la banalité stable des professionnels, l'idéal n'en restant pas moins d'asseoir l'originalité sur un équilibre naturel. Gong Xian s'interroge sur les relations qui unissent art et réalité : l'art est une illusion, mais une illusion nourrie de réalité ; le paysage peint doit être tout à la fois conforme à la logique des paysages réels et animé d'une invention créatrice qui lui confère son caractère d'étrangeté uni [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : reader, Department of Chinese, Australian National University

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre RYCKMANS, « GONG XIAN [KONG HIEN] (av. 1599-1689) ET KUNCAN [K'OUEN-TS'AN] (1612-av. 1680) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gong-et-kuncan/