GLEE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le glee, du vieil anglais gliv ou glēo (signifiant « musique » ou « divertissement », selon l'acception qui est utilisée dans Beowulf), est une pièce écrite pour au moins trois voix masculines solistes a cappella, parmi lesquelles un falsettiste. Constitué de plusieurs sections courtes de caractères ou d'esprits contrastés, se terminant chacune par une cadence parfaite (c'est-à-dire par un accord de tonique précédé d'un accord de dominante), le glee utilise des textes qui abordent souvent le thème des plaisirs de la table. Le glee est de style homophonique : il est fondé sur des accords et une ligne mélodique simple, plutôt que sur des mélodies entrecroisées et des développements polyphoniques. S'il semble que ce soit l'éditeur John Playford (1623-1686 ou 1687) qui ait été le premier, en 1652, à utiliser le terme « glee » pour désigner une œuvre musicale, cette forme ne connaîtra sa période la plus féconde qu'entre 1740 et 1830 environ. La fin du xviiie siècle verra en outre naître des glees pour voix mixtes (masculines et féminines). Le terme glee désigne également d'autres formes de compositions vocales en vogue du xviie au xixe siècle mais qui ne correspondent pas à cette définition. Henry Bishop (1786-1855), par exemple, appela glees ses quelque trois cents chansons polyphoniques avec accompagnement instrumental.

Le glee est une forme typiquement anglaise qui, avec le catch ou le round, constitua la plus grande partie du répertoire des clubs de glee qui ont rythmé la vie musicale de l'Angleterre. Le plus célèbre de ces clubs fut le Glee Club de Londres (1783-1857). Plusieurs autres, comme le Noblemen and Gentlemen's Catch Club (fondé en 1761) et le City Glee Club de Londres (fondé en 1853, mais succédant au Civil Club, fondé en 1670), étaient encore actifs au début du xxie siècle.

Parmi les principaux compositeurs anglais de glees, citons Thomas Augustine Arne (1710-1778), Garret Wesley, duc de Mornington (1735-1781), Jonathan Battishill (1738-1801), Samuel Webbe (1740-1816) et son fils aîné Samuel Webbe (1748-1843), John Stafford Smith (1750-1836), Richard Stevens (1757-1837), John Wall Callcott (1766-1821), Reginald Spofforth (1769-1827), William Horsley (1774-1858).

—  Universalis

Classification

Pour citer l’article

« GLEE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/glee/