CASTIGLIONE GIUSEPPE (1688-1766)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Originaire de Milan, Giuseppe Castiglione a sans doute reçu sa première formation de peintre avant son entrée au noviciat de Gênes en 1707. Se destinant à l'évangélisation en Chine, il est envoyé au Portugal en 1710 et termine son noviciat au couvent des jésuites de Coimbra, avant de s'embarquer, en 1714, à destination de Macao. Il y arrive en 1715 et gagne Canton, où il acquiert les bases de son éducation chinoise. À Pékin, à la fin de 1715, il est présenté à l'empereur Kangxi (1662-1722) comme peintre et commence à travailler pour la cour avec le Napolitain Matteo Ripa (1682-1745).

En 1721, Castiglione est nommé coadjuteur temporel et adopte le nom chinois de Lang Shining. Pendant ces premières années à Pékin, en dehors de son travail à l'Académie de peinture, établie dans l'enceinte du palais impérial, Castiglione collabore à la décoration de l'église Saint-Joseph (Dongtang), détruite au xixe siècle, et à l'adaptation en chinois du traité Perspectiva Pictorum et Architectorum d'Andrea Pozzo, dont il se dit le disciple.

À l'avènement de Qianlong (1736-1796), Castiglione a déjà acquis la première place parmi les peintres européens qui travaillent à la cour. Son activité sera désormais tout entière consacrée à l'empereur. En 1739, un nouveau peintre jésuite entre à la cour, le Français Jean-Denis Attiret (né à Dôle en 1702, mort à Pékin en 1768), qui se lie d'amitié et collabore avec Castiglione. En 1745 arrivera le père Ignace Sickelpart (1708-1780) que Castiglione formera à la peinture.

L'activité de Castiglione, parfois indissociable de celle de ses collègues européens et chinois, sera considérable de 1736 à 1766. Cette activité multiforme ira des rouleaux commémoratifs à la peinture de portrait et de chevaux, aux dessins pour des gravures ou pour la décoration des porcelaines de la manufacture impériale, enfin à la conception et à la maîtrise d'œuvre des palais et jardins à l'européenne que l'empereur fa [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, « CASTIGLIONE GIUSEPPE - (1688-1766) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/giuseppe-castiglione/