MANGANELLI GIORGIO (1922-1990)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Milan, Manganelli a longtemps enseigné la littérature anglaise à Rome. Il participe au Groupe 63 qui, au début des années 1960, rompt avec la tradition néo-réaliste et tente, sous l'impulsion d'Edoardo Sanguineti et de Nanni Balestrini, de donner une vigueur nouvelle à la littérature italienne en privilégiant, à la lumière des œuvres de Joyce, Gadda ou Borges, l'effacement de la distinction entre prose et poésie, le mélange du trivial et du sublime. C'était d'une certaine manière renouer avec les dimensions majeures de l'esthétique renaissante et baroque. C'est d'ailleurs de ce « réservoir de merveilles » que naît Hilarotragoedia (1964), premier livre de l'auteur. Dans cette traversée des Enfers et cette méditation sur la nature « descendante » de l'homme se manifeste déjà la propension de Manganelli à déduire d'une image ou d'une analogie particulièrement troublantes un catalogue de chimères et de succubes, une architecture de cauchemars savamment imbriqués, tout en conduisant une rêverie angoissée sur les mystères et les replis du corps. Cet univers, qui va se propager d'œuvre en œuvre, ne procède pas d'une vision d'outre-monde, mais du langage seul : celui-ci n'est donc pas l'instrument de la fiction, il est la fiction même. Symétriquement, le « narrateur » manganellien n'est en rien un voyant, bien plutôt un scrupuleux mais toujours fautif scholiaste s'acharnant à commenter une réalité dont il ne parvient à saisir qu'une infime partie.

La passion de la classification, l'élaboration de systèmes aberrants, où l'ordre n'est que le masque évident du chaos, la formulation de lois qui peuvent être péremptoirement formulées avant d'être révoquées au terme de pointilleuses arguties, les somptueux élans lyriques ou oratoires chantant et invoquant un objet aussi démesuré qu'absent, la passion de l'allégorie et de l'emblème, l'extension virtuellement infinie de ces mondes en déséquilibre, tous nés de la puissance du faux : autant de traits qui caractérisent le prolixe et tortueux commentaire que fut l'œuvre de Mangan [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  MANGANELLI GIORGIO (1922-1990)  » est également traité dans :

PINOCCHIO. UN LIVRE PARALLÈLE (G. Manganelli)

  • Écrit par 
  • Carina MEYER-BOSCHI
  •  • 1 324 mots

Le 7 juillet 1881, Carlo Lorenzini, dit Collodi – d'après le nom de la région de Pescia, en Toscane, où était née sa mère – commence la publication de l'Histoire d'une marionnette, dans l'hebdomadaire Il Corriere dei Piccoli. Pendant deux ans et demi, les épisodes paraîtront irrégulièrement, ce qui laisse même craindre une interruption du récit inachevé (l'a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pinocchio-un-livre-parallele/#i_20618

Pour citer l’article

Gilles QUINSAT, « MANGANELLI GIORGIO - (1922-1990) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/giorgio-manganelli/