GIBBON

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Singe de taille moyenne, à l'allure longiligne, dépourvu de queue et aux membres antérieurs démesurés. Habitat et répartition géographique : forêts humides d'Asie méridionale (Inde, Chine, Birmanie, Malaisie, Indonésie). Classe : Mammifères ; ordre : Primates ; famille : Hylobatidés.

Représentés par une dizaine d'espèces (gibbons et siamangs), ces singes sont caractérisés par un corps élancé et des membres très longs. La couleur de leur dense pelage et les marques sur leur face très fine permettent de les distinguer. Ils sont noirs, roux, gris ou jaunâtres suivant les espèces et parfois suivant le sexe (gibbon concolor par exemple dont la femelle est de couleur jaunâtre et le mâle noir). Mâles et femelles ont mêmes taille et poids : de 40 à 65 centimètres de longueur et de 5 à 7 kilogrammes pour les gibbons en général et de 65 à 90 centimètres et de 8 à 10 kilogrammes pour les siamangs. L'espérance de vie est de vingt-cinq à trente ans en milieu naturel et de quarante ans en captivité.

Diurnes, les gibbons sont essentiellement frugivores ; les siamangs sont quant à eux plus folivores et même insectivores. Tous sont arboricoles et se déplacent par brachiation en balançant leurs corps et en se suspendant aux branches alternativement d'une main puis de l'autre. Très agiles, ils parcourent ainsi leur territoire (souvent plusieurs dizaines d'hectares) à raison de 2 kilomètres par jour.

Ils délimitent leur domaine par des vocalisations émises par tous les individus (mâles et femelles) qui sont souvent pourvus d'un sac laryngé qui fait caisse de résonance. Leurs chants comprennent plusieurs phases et durent jusqu'à quinze minutes.

Le mâle s'accouple toujours avec la même femelle ; le couple formé donne naissance à un jeune tous les deux à trois ans. La gestation est de sept mois et demi. Le petit, allaité par sa mère pendant six mois, est souvent pris en charge par le père et devient indépendant seulement vers l'âge de trois ans.

Ces singes, pouvant également se dresser et courir sur les branches en vocalisant, ont été révérés comme esprits de la forêt. Ils sont très inféodés au faîte des arbres où ils se déplacent harmonieusement. La déforestation systématique de leur habitat met en péril un certain nombre d'espèces (gibbon lar à bonnet, gibbon cendré, gibbon noir, siamang de Kloss...).

Gibbon lar

Gibbon lar

photographie

Gibbon lar (Hylobates lar), Malaisie. Le gibbon lar est une espèce menacée par le trafic d'animaux exotiques et par la destruction de son habitat naturel liée au déboisement. Les lois (peu appliquées) contre le braconnage et la mise en place de réserves et de parcs nationaux demeurent... 

Crédits : Photodisc Collection/ Getty

Afficher

—  Marie-Claude BOMSEL

Écrit par :

Classification


Autres références

«  GIBBON  » est également traité dans :

PRIMATES FOSSILES

  • Écrit par 
  • Denis GERAADS
  •  • 6 329 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Hominoidea »  : […] Le groupe des Hominoidea comprend tous les Eucatarrhiniens en dehors de l'Oréopithèque et des Cercopithécoïdes. Il n'est plus représenté aujourd'hui que par les Gibbons, l' Orang-outan, les Chimpanzés, le Gorille et l' Homme, mais sa diversité était bien plus grande au Miocène où jusqu'à dix espèces différentes ont pu exister dans une même région d'Afrique orientale. Vers la fin du Miocène, il y […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/primates-fossiles/#i_7689

Pour citer l’article

Marie-Claude BOMSEL, « GIBBON », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gibbon/