GIRALDI GIAMBATTISTA, dit CINZIO ou CINTIO (1504-1573)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

D'une famille noble d'origine florentine passée de Milan à Ferrare. Il perd ses parents lors de la peste de 1528 mais trouve assistance auprès de son oncle, Lilio Gregorio Giraldi, poète au service de la maison d'Este. Licencié en juin 1531, il est nommé, aussitôt après, dans la chaire de dialectique et exerce parallèlement la profession de médecin. En 1532, il adresse à Celio Calcagnini son Epistola sopra imitatione, témoignage d'obédience au cicéronianisme strict de son maître. Privé de son enseignement en octobre 1534, malgré ses efforts pour attirer l'attention bienveillante du pouvoir (Epicedion pour la mort d'Alphonse Ier, et l'Hercules estensis dux salutatus pour l'avènement d'Hercule II), il ne retrouve son emploi qu'en novembre 1536. À la mort de Calcagnini (avr. 1541), il lui succède dans la chaire de rhétorique. C'est alors que débute vraiment sa carrière littéraire. Désormais, écrivain officiel, il devient le porte-parole du duc de Milan, dont il est, à partir de 1547, le secrétaire et l'ambassadeur. Selon les sollicitations du pouvoir et les besoins de la cour, il passe aisément du théâtre : Orbecche (1541), Altile (1543), Egle (1545), Gli Antivalomeni (1548), Gli Eudemoni (1549), Selene (1551), Cleopatra (1555), Arrenopia (1563) ; à la nouvelle ou à la poésie épique : Ercole (publication fragmentaire en 1557). La parution, en 1554, des Discorsi intorno al comporre dei romanzi lui vaut une accusation de plagiat de la part de Giambattista Pigna. En 1556, au plus fort de la querelle de préséance qui oppose les Este aux Médicis, il célèbre la dynastie ferraraise dans son De Ferraria et atestinis principibus commentariolum. La mort d'Hercule II (1559) et les menées de Pigna entraînent sa disgrâce. Démis de sa charge de secrétaire, il répond à l'invitation d'Emmanuel-Philibert de Savoie et rejoint l'université de Mondovì (1563). Il termine alors et publie son novelliere : Gli Ecatommiti (1565), enrichi des Dialoghi della vita civile. Il suit l'université à Turin, mais privé de sa chaire en 1568, il passe à Pavie où il publie le Discorso intorno a quello ch [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  GIRALDI GIAMBATTISTA, dit CINZIO ou CINTIO (1504-1573)  » est également traité dans :

OTHELLO, William Shakespeare - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Line COTTEGNIES
  •  • 1 328 mots
  •  • 1 média

Jouée pour la première fois sans doute en 1604 et publiée en 1622, cette tragédie de William Shakespeare (1564-1616) emprunte les éléments principaux de son intrigue à une nouvelle italienne du xvi e  siècle parue à Venise en 1565. Il semble impossible de déterminer si le dramaturge anglais avait eu connaissance de l'original italien, paru dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/othello/#i_6108

WHETSTONE GEORGE (1544?-1587)

  • Écrit par 
  • Henri FLUCHÈRE
  •  • 281 mots

Ayant dilapidé son maigre héritage, George Whetstone se fit soldat en 1572. Il combattit aux Pays-Bas, où il devint l'ami de Gascoigne. Son esprit d'aventure le conduisit sur les mers (expédition à Terre-Neuve, en 1578-1579, avec sir Humphrey Gilbert, demi-frère de sir Walter Raleigh, navigateur et explorateur), puis en Italie et de nouveau aux Pays-Bas, où il prit part à l'engagement de Zutphen ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/george-whetstone/#i_6108

Pour citer l’article

Guy LEBATTEUX, « GIRALDI GIAMBATTISTA, dit CINZIO ou CINTIO (1504-1573) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/giambattista-giraldi/