SELIGMAN GERMAIN (1893-1978)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Paris, élevé dans l'hôtel de Sagan, Germain Seligman passera plus de cinquante ans à New York, où il meurt citoyen américain. Si son père, ouvrant en 1914 une galerie à New York, trente-cinq ans après la fondation de la maison de Paris, montrait la voie de la double implantation en France et aux États-Unis, ce ne sont pas les meubles et les objets qui attirent son fils, mais les peintures et les dessins. Dans cette orientation nouvelle, qu'il donne après 1923 aux deux maisons, se confondent l'étude des œuvres anciennes et l'intérêt pour les artistes contemporains.

Germain Seligman a un goût éclectique, et, dès 1925-1930, il possède plusieurs centaines de Redon, de nombreux dessins de Seurat, une quarantaine de Bonnard, autant de dessins de Tiepolo, des Fragonard. Par une démarche relativement neuve, il associe commerce et histoire de l'art. De son père, il a hérité le goût de l'objet rare, le plaisir de l'acheter et de le vendre : If one sells, one must buy, écrira-t-il. Mais il ne s'agit pas tant de commerce que d'établir avec les clients une relation privilégiée et d'une certaine façon, d'influencer leur goût. Cela est particulièrement vrai aux États-Unis où Seligman organise des expositions de peinture française, qui regroupent aussi bien des manuscrits enluminés que des œuvres de Roger de La Fresnaye. Il consacre à cet artiste deux expositions puis un livre, publié à New York en 1945 : à un court texte analysant l'évolution et les caractéristiques de l'œuvre succédait un catalogue de 49 numéros. Ce travail, volontairement limité aux seules œuvres accessibles aux États-Unis, où se lisaient la sensibilité et l'admiration pour l'œuvre, constituait le premier jalon du grand catalogue La Fresnaye publié, en français cette fois, en 1969 : 634 numéros, classés chronologiquement, avec une étude stylistique et critique, les dessins étant mis en relation avec les peintures qu'ils préparent. Le texte qui le précède suit de près la vie du peintre et l'évolution de l'œuvre. Les nombreuses collections citées, publiques ou privées, fo [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Marianne ROLAND MICHEL, « SELIGMAN GERMAIN - (1893-1978) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/germain-seligman/