SCHARNHORST GERHARDT JOHANN DAVID VON (1755-1813)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Général prussien d'origine hanovrienne. Scharnhorst, longtemps professeur à l'école d'artillerie de Hanovre et auteur d'un important Manuel de l'officier, est bloqué dans son avancement du fait de ses origines roturières ; il passe alors au service de la Prusse (1796). Cultivé, porté à la spéculation intellectuelle, il organise un enseignement très éclectique à l'Académie royale de Berlin et anime un cercle de réflexion militaire. Anobli, il est chargé de l'éducation du Kronprinz. Après les désastres prussiens de 1806-1807, il est nommé président de la Commission de réorganisation militaire, puis directeur du département de la Guerre, et procède à une sévère épuration des cadres de l'armée. Il est surtout le principal inspirateur des grandes réformes militaires de 1808, dont le but est de développer le sentiment national dans une armée socialement rénovée. Il ouvre l'accès au grade d'aspirant aux roturiers par l'institution d'un examen, mais il ne parvient pas à ébranler le monopole des grades supérieurs, qui reste la chasse gardée de la noblesse. S'il ne réussit pas en outre à instituer le service militaire obligatoire, il crée le système des krümper, qui permet de convoquer par roulement un très grand nombre de soldats sous les drapeaux. Il supprime enfin les châtiments corporels. Avec Gneisenau, il crée le grand état-major et l'Académie de guerre, dont la direction est confiée à Clausewitz. Sur le plan de la théorie militaire, Scharnhorst est hostile à l'esprit généralisateur du siècle des Lumières : il développe l'étude des cas concrets et souligne l'importance du chef ; il développe méthodiquement l'esprit d'initiative à tous les niveaux et insiste sur la nécessité de l'offensive, dont il inclut l'esprit dans la défensive elle-même (notion de bataille défensive-offensive). Chef d'état-major de Blücher, il est blessé à Lützen en mai 1813, au retour d'une mission diplomatique destinée à convaincre l'Autriche d'entrer dans la coalition, et meurt des suites de ses blessures.

—  Louis DUPEUX

Écrit par :

  • : maître assistant à l'Institut d'études politiques de Strasbourg

Classification


Autres références

«  SCHARNHORST GERHARDT JOHANN DAVID VON (1755-1813)  » est également traité dans :

PRUSSE

  • Écrit par 
  • Michel EUDE
  •  • 8 224 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Pays nouveau, structures nouvelles »  : […] Pourtant ces années d'abaissement sont aussi celles où se prépare le renouveau. Les artisans n'en sont d'ailleurs pas des Prussiens, mais des Allemands d'autres régions (Rhénanie, Saxe, Hanovre), dont le patriotisme voit dans la Prusse l'État capable, plus tard, de libérer l'Allemagne du joug étranger. Protégés jusqu'en 1810 par la reine Louise, patriote ardente, ils accomplissent en quelques anné […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prusse/#i_31793

Pour citer l’article

Louis DUPEUX, « SCHARNHORST GERHARDT JOHANN DAVID VON - (1755-1813) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gerhardt-johann-david-von-scharnhorst/