WILSON GEORGES (1921-2010)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Grand acteur de théâtre – il campera quelque deux cents rôles – et metteur en scène, Georges Wilson, né en banlieue parisienne (à Champigny-sur-Marne) mais dont le grand-père maternel est irlandais, choisit pour nom de scène le nom de sa mère. Pierre Renoir, au cours d'une audition où il était membre du jury au Centre de la rue Blanche, met sa carrière sur les rails, sous l'égide de Louis Jouvet et de Charles Dullin. Il débute en 1947 avec la compagnie Grenier-Hussenot, puis le centre dramatique de l'Ouest avant d'être engagé au Théâtre national populaire, au côté de Jean Vilar. C'est Gérard Philipe qui vient le débaucher à la fin d'une représentation pour lui proposer d'interpréter le rôle de Scoronconcolo du Lorenzaccio de Musset dans la cour d'honneur du palais des Papes à l'occasion du sixième festival d'Avignon, en juillet 1952. Par la suite, il endossera au T.N.P. quantité de rôles, dont celui de Don Guritan, dans Ruy Blas de Victor Hugo en 1954 – le personnage cocasse du drame, qui, au dire du critique du Figaro « prend un relief exceptionnel grâce aux jeux de physionomie, aux sourcils terriblement hérissés, à la jambe rhumatisante, aux airs de vieux héron déplumé simulés par cet excellent acteur qui a nom Georges Wilson ». Mais, dès 1953, il met en scène plusieurs pièces, dont La Garde-malade d'Henri Monnier (1953), Tout est bien qui finit bien de Shakespeare (1957), L'École des femmes de Molière (1958), La Résistible Ascension d'Arturo Ui de Brecht (1960), Un otage de Brendan Behan (1962), La Vie de Galilée de Brecht (1963).

Le cinéma le requiert également, mais dans de petits rôles : il est le capitaine Georges dans Les Hussards (1955) d'Alex Joffé, Jules Hauduin dans La Jument verte (1959) de Claude Autant-Lara, l'aumônier du Carmel dans Le Dialogue des carmélites (1960) de Philippe Agostini et Raymond Léopold Bruckberger. On remarquera la qual [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Yves KIRCHNER, « WILSON GEORGES - (1921-2010) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-wilson/