WILKINSON GEOFFREY (1921-1996)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Chimiste britannique né à Tormorden (Yorkshire) et mort à Londres. Geoffrey Wilkinson fait des études de chimie à l'Imperial College, à Londres, où il obtient son doctorat en 1946. De 1943 à 1950, il effectue au Canada, puis en Californie, des recherches en chimie nucléaire. Après un an passé au Massachusetts Institute of Technology (M.I.T.) comme chercheur associé, il obtient en 1951 un poste d'enseignant-chercheur à l'université de Harvard. Il retourne en 1956 à Londres lorsqu'il est nommé professeur de chimie inorganique à l'Imperial College. Après sa retraite de ce poste, en 1988, Wilkinson continue son activité de recherches à l'Imperial College comme professeur émérite.

En 1952, à Harvard, Wilkinson prend connaissance d'un article de la revue Nature dans lequel est décrite la préparation d'un composé formé d'un ion ferreux et de deux anions dérivés d'une molécule cyclique ayant deux doubles liaisons conjuguées, le cyclopentadiène. La structure proposée par les auteurs de l'article ne lui semble pas rendre compte des propriétés particulières du composé, et Wilkinson envisage une structure dans laquelle l'atome de fer est maintenu entre les deux molécules de cyclopentadiène par des interactions de coordination chélatantes, formant ainsi ce que l'on va appeler un composé sandwich. Wilkinson a immédiatement l'intuition que, comme le fer, d'autres métaux de transition doivent aussi pouvoir former des composés sandwich. Robert Burns Woodward (Prix Nobel de chimie 1965), professeur à Harvard, arrive en même temps à la même conclusion, et c'est ensemble qu'ils vont confirmer la structure du composé par tout un ensemble de méthodes physico-chimiques et chimiques, et cosigner avec des collaborateurs la publication correspondante. À Harvard, puis à Londres, Wilkinson va continuer à élargir le champ de ce nouveau domaine de la chimie de coordination, situé au point de rencontre de la chimie organique et de la chimie inorganique. Wilkinson s'est particulièrement intéressé aux complexes du ruthénium, du rhodium et du rhénium. Le plus célèbre des composés qu'il a préparés est sans doute ce que tous les chimistes nomment le catalyseur de Wilkinson, composé qui permet d'effectuer de très sélectives hydrogénations de doubles liaisons. Wilkinson a partagé en 1973 le prix Nobel de chimie avec Ernst Otto Fischer. Wilkinson a été anobli en 1976.

—  Georges BRAM

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-Sud-XI-Orsay

Classification

Pour citer l’article

Georges BRAM, « WILKINSON GEOFFREY - (1921-1996) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/geoffrey-wilkinson/