Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

GÉNÉRATION PERDUE

Au sens large, la génération postérieure à la Première Guerre mondiale ; mais, de façon plus précise, le groupe d'écrivains américains parvenus à l'âge adulte pendant la guerre et qui bâtirent leur réputation littéraire au cours des années vingt. Le terme a pour origine une remarque faite par Gertrude Stein à Ernest Hemingway : « Vous êtes tous une génération perdue. » Hemingway en fit l'épigraphe de son roman Le soleil se lève aussi (The Sun also Rises, 1926). Cette génération était « perdue » en ce sens qu'elle avait hérité de valeurs qui n'étaient plus d'usage dans le monde d'après-guerre ; elle souffrait de l'aliénation spirituelle des États-Unis qui, somnolant sous la politique de « retour à la normale » du président Harding, lui paraissaient incurablement provinciaux, matérialistes, vides d'émotion. Le terme peut s'appliquer à Hemingway, à Cummings, à Fitzgerald, à Dos Passos, aussi bien qu'à de nombreux autres écrivains qui firent du Paris de l'époque le centre de leurs activités littéraires. Ils ne constituèrent jamais une école. Les mêmes problèmes les unissaient pourtant : découvrir de nouvelles valeurs et un nouveau langage artistique capable de les exprimer — autant de buts qu'ils atteignirent chacun à sa manière.

Ernest Hemingway correspondant de guerre - crédits : Kurt Hutton/ Getty Images

Ernest Hemingway correspondant de guerre

Scott Fitzgerald en famille - crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

Scott Fitzgerald en famille

Au cours des années trente, ces écrivains prenant des directions différentes, leurs œuvres perdirent la marque distinctive de l'immédiat après-guerre. Les derniers ouvrages représentatifs de cette époque furent Tendre est la nuit (Tender Is the Night, 1934), de Fitzgerald, et La Grosse Galette (The Big Money, 1936), de Dos Passos.

— Jean-Paul MOURLON

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : maître ès lettres modernes, professeur au lycée de Tiaret, Algérie

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Ernest Hemingway correspondant de guerre - crédits : Kurt Hutton/ Getty Images

Ernest Hemingway correspondant de guerre

Scott Fitzgerald en famille - crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

Scott Fitzgerald en famille

Autres références

  • DOS PASSOS JOHN (1896-1970)

    • Écrit par Jeanine PAROT
    • 2 388 mots
    • 1 média

    L'abandon des valeurs traditionnelles américaines par une société avide de réussite et d'argent préside, dans les années vingt, à l'avènement des écrivains de la «  génération perdue ». Comme eux, John Dos Passos s'interroge sur le destin de l'Amérique et du monde. Comme eux, il est l'homme d'une époque,...

  • GATSBY LE MAGNIFIQUE, Francis Scott Fitzgerald - Fiche de lecture

    • Écrit par Michel FABRE
    • 830 mots
    • 1 média

    Publié en 1925, Gatsby le Magnifique est le troisième roman et l'œuvre la plus célèbre de l'écrivain américain Francis Scott Fitzgerald (1896-1940). Accueillie en son temps avec peu d'enthousiasme par le public et la critique, cette chronique désenchantée n'allait pourtant pas tarder à devenir l'œuvre...

  • HEMINGWAY ERNEST (1899-1961)

    • Écrit par Roger ASSELINEAU
    • 2 813 mots
    • 2 médias

    Ernest Hemingway est le représentant le plus typique de ce qu'on a appelé la «   génération perdue ». On désigne par ce terme, aux États-Unis, la génération jetée dans la Première Guerre mondiale, sacrifiée en quelque sorte aussi bien moralement que physiquement, car les survivants en étaient souvent...

  • MACLEISH ARCHIBALD (1892-1982)

    • Écrit par Joël SHAPIRO
    • 674 mots

    Archibald MacLeish appartient à une ère marquée par des créateurs tels qu'Ezra Pound et T. S. Eliot. Né à Glencoe (Illinois), dans la banlieue de Chicago, il choisit, contrairement à ces derniers, d'établir sa demeure aux États-Unis, choix qui engendra souvent, chez lui, un certain malaise....

  • Afficher les 7 références

Voir aussi