MACLEISH ARCHIBALD (1892-1982)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Archibald MacLeish appartient à une ère marquée par des créateurs tels qu'Ezra Pound et T. S. Eliot. Né à Glencoe (Illinois), dans la banlieue de Chicago, il choisit, contrairement à ces derniers, d'établir sa demeure aux États-Unis, choix qui engendra souvent, chez lui, un certain malaise. Il ne pouvait pas, comme Wallace Stevens, se retrancher derrière une carrière d'homme d'affaires dans un pays où l'utilitarisme valait beaucoup plus que la création artistique.

L'attraction que cet écrivain de l'Illinois a éprouvée envers la France se trouve directement exprimée dans plusieurs poèmes : Chartres, Le malheur est que je ne sais pas lire, Voyage en Provence, Le Secret humain, De votre bonheur il ne reste que vos photos, Hypocrite Auteur et L'An trentiesme de mon eage. Les titres de ces sept poèmes sont en français dans l'original ; si l'un des titres est un vers de François Villon, c'est grâce à son ami Ezra Pound qui, pour MacLeish, n'a cessé de représenter la perfection même.

Cette aspiration à la perfection prend racine au cours de ses années d'études à l'université de Yale, où il devient rédacteur en chef du magazine littéraire de la faculté et publie ses premiers poèmes (Gift). Il y fait la connaissance de Lawrence Mason, qui rassemble ses poèmes pour la publication de son premier livre en 1917, The Tower of Ivory. À cette époque, il est soldat en France, et, comme pour la plupart des écrivains de la génération perdue, la Grande Guerre est pour lui une épreuve marquante : la mort de son frère, tué en Belgique, deviendra le thème de plusieurs de ses poèmes (The Silent Slain, Memorial Rain). Après l'Armistice, il regagne l'Amérique afin d'étudier le droit à l'université Harvard et de s'engager dans la carrière d'avocat, qui ne l'inspirait guère. Au cours de l'hiver de 1923, il se décide à quitter de nouveau les États-Unis, accompagné de sa femme et de ses deux enfants, pour rejoindre la colonie des exilés américains à Paris. MacLeish a considéré cette période européenne [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : chargé de cours à l'université de Paris-III (littérature comparée)

Classification

Pour citer l’article

Joël SHAPIRO, « MACLEISH ARCHIBALD - (1892-1982) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 décembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/archibald-macleish/