Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Indiens de langue gé qui habitent l'est du Brésil, généralement dans les régions de savane. À une technologie rudimentaire s'allient des structures sociales de grande complexité et une pensée mythologique qui a été largement influencée par des apports extérieurs. Johannes Wilbert a divisé la famille linguistique gé en trois groupes : le groupe Acroa, comprenant les Acroa, les Sacriaba, les Akwe, les Chavante et les Cherente (ou Sherente) — ces deux derniers étant les seuls survivants ; le groupe Kayapo comprenant les Kayapo du Sud, aujourd'hui disparus, et les Suya ; le groupe Apinayé incluant les Apinayé, les Timbira orientaux et les Coroa ou Kayapo du Nord. Ces derniers s'étendent vers le nord, dans l'aire amazonienne.

L'économie est basée sur l'horticulture que toutes les populations de langue gé pratiquent. Elle est complétée par la chasse collective ou individuelle, par la cueillette et, à un moindre degré, par la pêche. L'artisanat se réduit à la fabrication des armes, arcs et massues, à la vannerie et au travail du coton crocheté. Leur imagination créatrice s'exprime surtout dans les peintures corporelles. Celles-ci répondent à un souci d'ordre esthétique et n'indiquent pas l'appartenance à un groupe. Dans certains cas, elles peuvent aussi avoir une signification magique, comme les peintures en noir réservées aux hommes partis à la chasse ou à la guerre et qui étaient destinées à les protéger. Le talent des femmes s'exerce particulièrement dans les peintures corporelles des enfants, qui comportent une grande richesse de motifs. Comme colorants, les Gé utilisent le rocou, le génipa et le charbon de bois. Ils portent aussi des coiffures en plumes et des bijoux : colliers, boucles d'oreilles et bracelets de coquillages ou de dents de pécari, enfilés sur des fils de coton.

En ce qui concerne la structure sociale, tous les groupes ont une descendance unilinéaire, organisée en clans ou en lignages. Chez certains elle est patrilinéaire (Cherente ou Kayapo du Sud), chez d'autres elle est matrilinéaire (Timbira orientaux et Apinayé). Un autre trait caractéristique des [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  GÉ  » est également traité dans :

AMÉRINDIENS - Amazonie et Guyanes

  • Écrit par 
  • Simone DREYFUS-GAMELON, 
  • Universalis
  •  • 5 645 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les Gé du plateau central brésilien »  : […] Des savanes de l'Araguaia aux confins du haut Xingú vivent les Indiens de la famille linguistique gé qui, contrairement aux habitants de la forêt, ont une culture matérielle si pauvre (pas de poterie, pas de tissage, pas de pirogue) qu'ils furent longtemps assimilés aux populations dites des chasseurs-cueilleurs. Pourtant, ils cultivent le sol, sans, il est vrai, connaître autant de variétés de p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amerindiens-amazonie-et-guyanes/#i_18830

XAVÁNTE

  • Écrit par 
  • Susana MONZON
  •  • 197 mots

Indiens du Brésil appartenant au groupe acroa de la famille linguistique gé, les Xavánte (ou Chavante ou Shavante) sont environ 10 000 au début du xxi e  siècle. Pendant longtemps, l'histoire des Xavánte a été très liée à celle des Xerente qui appartiennent aussi au groupe acroa. Les premières études ne les distinguaient pas et ne différenciaient […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/xavante/#i_18830

Pour citer l’article

Susana MONZON, «  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ge/