WINOGRAND GARRY (1928-1984)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Avec Lee Friedlander, l'homme qui n'hésite pas à nous perdre dans le dédale de vitrines des grandes villes américaines marquées de son autoportrait en ombre portée, Garry Winogrand a incontestablement bouleversé, aux États-Unis puis dans le monde entier, le statut de la photographie de rue. Il faut, pour comprendre ce que furent ses audaces, concevoir que la tradition américaine de la photographie était centrée, avec des noms aussi imposants qu'Ansel Adams, sur le travail techniquement parfait à partir d'un matériel en grand format, volumineux et délicat, et sur l'éloge de la nature américaine violée par le modernisme. Dans le domaine du reportage, cette tendance est marquée par l'utilisation, jusqu'à la fin des années 1950, d'appareils de moyen format, relativement peu maniables, mais à la définition technique et aux résultats irréprochables : une manière de formalisme peu enclin à une réflexion approfondie sur les thèmes abordés. Que deux photographes talentueux décident à la fois de travailler avec des appareils ordinaires et d'être reconnus comme artistes apparut comme une véritable révolution, voire une provocation, dans le monde de la photographie d'outre-Atlantique. Pourtant, aujourd'hui, l'essentiel de la photographie du « réel » aux États-Unis emprunte amplement au style de Winogrand, qui fut à la fois un photographe un enseignant et un théoricien important de l'image fixe.

Garry Winogrand est né à New York en 1928. Il s'initia à la peinture au collège de la cité. En 1947 et 1948, il fréquenta l'université de Columbia à New York avant de devenir photographe dans le lieu mythique que fut, sous la conduite du directeur artistique Alexey Brodovitch, la New School for Social Research. Après avoir effectué son service militaire, Garry Winogrand devient reporter et travaille, entre autres, avec l'agence Pix de New York qui l'envoie quelque temps dans son bureau de Los Angeles. Il commence à enseigner dès 1969 à la School of Photography of Art Institute de Chicago, puis à l'université d'Austin au Texas, qui exposera fré [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  WINOGRAND GARRY (1928-1984)  » est également traité dans :

FRIEDLANDER LEE (1934- )

  • Écrit par 
  • Michel GUERRIN
  •  • 1 366 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une photographie des signes urbains »  : […] Lee Friedlander, né en 1934 à Aberdeen (Washington), est peu connu du grand public, mais considéré comme l'un des plus importants photographes vivants. Il est un des pères de la nouvelle photographie américaine, avec Garry Winogrand, Diane Arbus, mais aussi Robert Frank ou William Klein. Tous, à partir des années 1950, à mi-distance entre le formalisme d'avant-guerre et le photojournalisme, ont fa […] Lire la suite

PHOTOGRAPHIE (art) - Un art multiple

  • Écrit par 
  • Hervé LE GOFF, 
  • Jean-Claude LEMAGNY
  •  • 10 799 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Du reportage classique aux expressionnismes »  : […] Le reportage classique est toujours vivant. Pensons à la tradition parisienne des Brassaï et des Izis ( Paris des rêves , 1950). Même face aux idées les plus avancées, un Robert Doisneau garde sa présence, car sa bonté et son humour restent ouverts sur l'ambiguïté de la condition humaine. Au Royaume-Uni, Bert Hardy a aussi cette qualité comme l'eut le Suisse Gotthard Schuh. Aux États-Unis, Bill […] Lire la suite

Pour citer l’article

Christian CAUJOLLE, « WINOGRAND GARRY - (1928-1984) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/garry-winogrand/