GARNIÉRITE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Phyllosilicate du groupe de l'halloysite découvert par l'ingénieur français Garnier dans les minerais nickélifères de Nouméa, en Nouvelle-Calédonie.

La garniérite a pour formule chimique :

(Ni,Mg)3[Si2O5](OH)4.

Sa composition est variable, avec généralement 20 à 30 p. 100 de nickel, et jusqu'à 15 p. 100 de magnésium (sous forme de mélange isomorphe avec NiO).

Son système cristallin est inconnu. Elle se présente sous forme de gels et d'agrégats cryptocristallins, d'une teinte très vive, variant du bleu au vert (quand la teneur en nickel est forte).

La garniérite proprement dite, d'un vert pâle, et qui happe la langue, diffère quelque peu de la nouméite, vert foncé et onctueuse au toucher.

Minéral tendre et fragile, la garniérite montre une cassure conchoïdale, à éclat mat et parfois gras.

Elle ne fond pas au chalumeau et acquiert des propriétés magnétiques après calcination dans la flamme réductrice. Chauffée, elle se dissout dans de l'acide chlorhydrique concentré.

Elle se forme, sous climat chaud tropical, au cours de l'altération des divers silicates des roches ultrabasiques (dunites, péridotites, serpentinites) : des pyroxènes, péridots et humites, plus particulièrement. Lui est habituellement associé du quartz, d'origine exogène, en remplissage de fissures de dessiccation.

Elle paraît se former en milieu peu alcalin ou neutre. On la rencontre aussi dans des dépressions karstiques, au contact des calcaires et des massifs de serpentine, comme c'est le cas dans la région d'Oufaleï, dans l'Oural central.

—  Guy TAMAIN

Écrit par :

  • : docteur ès sciences, chargé de recherche au C.N.R.S.

Classification


Autres références

«  GARNIÉRITE  » est également traité dans :

NICKEL

  • Écrit par 
  • Jacques GRILLIAT, 
  • Bernard PIRE, 
  • Michel RABINOVITCH, 
  • Jacques SALBAING
  •  • 4 769 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Extraction du nickel »  : […] Les méthodes d'obtention du nickel sont complexes et coûteuses. Les minerais sulfurés contiennent généralement du fer et du cuivre sous forme de minerais distincts. On peut donc utiliser des méthodes de séparation purement mécaniques (broyage, flottation, séparation magnétique) et enrichir les minerais dès la phase initiale du traitement. Les minerais en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nickel/#i_38557

NOUVELLE-CALÉDONIE

  • Écrit par 
  • Jean-Christophe GAY
  •  • 4 998 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La colonisation »  : […] Le contre-amiral Febvrier Despointes prend possession de la Nouvelle-Calédonie en 1853. L’année suivante, un établissement militaire est fondé et nommé Port-de-France, rebaptisé Nouméa en 1866. C’est le début d’une colonisation de peuplement qui se fait au détriment des premiers occupants et qui nie la propriété indigène. La mise en valeur agricole et minière joue un rôle considérable dans la spol […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nouvelle-caledonie/#i_38557

SERPENTINE

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 1 150 mots

Phyllosilicate hydraté de magnésium qui se présente sous diverses formes minérales portant chacune une appellation. La serpentine, au sens large, cristallise en masse microcristalline compacte ou en agglomérats fibreux. Les cristaux visibles à l'œil nu sont inconnus. La « serpentine noble », variété prisée pour la fabrication de bijoux et de petits objets sculptés, apparaît en masse translucide d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/serpentine/#i_38557

SILICATES

  • Écrit par 
  • Jean WYART
  •  • 8 500 mots
  •  • 22 médias

emptynull […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/silicates/#i_38557

ULTRABASIQUES ROCHES

  • Écrit par 
  • Fernand CONQUÉRÉ, 
  • André-Bernard DELMAS, 
  • Jacques KORNPROBST, 
  • Georges PÉDRO
  •  • 4 053 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Intérêt économique »  : […] Du point de vue économique, l'altération latéritique des roches ultrabasiques présente un grand intérêt, car elle induit une accumulation relative d'un certain nombre d'éléments soit majeurs (fer), soit mineurs (nickel et cobalt). Elle peut donc aboutir à de véritables gîtes métallifères. Citons, par exemple, les gisements de fer de Conakry (Guinée), de Surigao (Philippines), de Cuba, constitués […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roches-ultrabasiques/#i_38557

Pour citer l’article

Guy TAMAIN, « GARNIÉRITE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/garnierite/