SÉNAC DE MEILHAN GABRIEL (1736-1803)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Malgré une carrière politique assez brillante sous l'Ancien Régime, Sénac de Meilhan est surtout connu par le témoignage précieux qu'il apporte sur les milieux de l'émigration dans son roman L'Émigré (1797). Né à Paris en 1736, ce fils d'un premier médecin de Louis XV fait preuve d'un esprit brillant et manifeste autant de goût pour le plaisir que pour l'étude. Il fréquente très tôt des personnages en vue comme la duchesse de Gramont et Mme de Pompadour. Sa carrière administrative est éclatante : il est successivement intendant de La Rochelle (1766), d'Aix (1773) et de Valenciennes (1775). En 1776, le comte de Saint-Germain, alors ministre, lui confie la mission extraordinaire d'intendant général de la guerre. Mais il n'est pas heureux dans cette fonction difficile et doit y renoncer. Il engage alors une polémique avec Necker, dont il réfute les opinions dans ses Considérations sur le luxe et les richesses (1787). Sénac de Meilhan y montre que, dans une société donnée, les formes politiques sont issues de la nature et de la répartition des richesses. En 1790, il émigre et, comme beaucoup de ses semblables, connaît successivement la plupart des capitales européennes (Londres, Aix-la-Chapelle, Rome...). En Pologne, il est bien traité par Stanislas Poniatovski. En Russie, Catherine II lui accorde un traitement malgré leur peu d'affinités. Ensuite, il va s'établir à Hambourg, alors centre de l'émigration intellectuelle et littéraire. Il y fréquente les gens de lettres et y publie des Œuvres philosophiques et littéraires, version remaniée et enrichie des précédentes Considérations sur l'esprit et les mœurs. Mais la postérité n'a guère retenu de ses œuvres que L'Émigré, écrit en 1794 et publié en 1797 à Brunswick. Les lettres qui composent ce roman sont supposées avoir été écrites en 1793, ce qui fait dire à l'auteur dans un avertissement : « La plupart des tableaux et des sentiments qu'elles renferment sont relatifs à cette époque affreuse et [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

  • : ancienne élève de l'École normale supérieure de Sèvres, professeure agrégée des Universités (littérature comparée), université de Paris-VII-Denis-Diderot

Classification


Autres références

«  SÉNAC DE MEILHAN GABRIEL (1736-1803)  » est également traité dans :

CONTRE-RÉVOLUTION

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 4 953 mots

Dans le chapitre « La contre-révolution intellectuelle »  : […] Burke est le premier penseur d'envergure à dénoncer l'influence des idées révolutionnaires. Car c'est d'Angleterre, de cette Angleterre qui avait si fortement influencé Montesquieu et Voltaire, qu'est venue la réfutation la plus approfondie de la Révolution française. Elle vint d'un membre du parti whig, qui avait lutté pour la défense des libertés contre la tentative absolutiste de George III et […] Lire la suite

INTENDANTS

  • Écrit par 
  • Jean MEYER
  •  • 2 868 mots

Dans le chapitre « Des intendants aux préfets : le gouvernement des peuples »  : […] Après 1750, une double évolution se dessine. En premier lieu, les intendants, placés à l'un des carrefours sociaux les mieux situés, participent au mouvement général des idées, d'autant plus que les nécessités pratiques de l'administration tendent à leur imposer une vision nouvelle, et originale, du « gouvernement des peuples ». Ce sont souvent des novateurs. Ils tendent, de plus en plus, à s'occu […] Lire la suite

Pour citer l’article

Denise BRAHIMI, « SÉNAC DE MEILHAN GABRIEL - (1736-1803) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gabriel-senac-de-meilhan/