DÜRRENMATT FRIEDRICH (1921-1990)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Friedrich Dürrenmatt irrite et déconcerte. Sans cesse il se dérobe ou répond par une boutade : « Je n'ai pas de biographie. » Rien de moins impersonnel pourtant que cette œuvre qui, par la variété des tons, la rondeur et l'aisance du style, la débauche de l'invention impose bien au contraire, comme massivement, sa présence. Ce qui frappe chez Dürrenmatt, c'est le mélange de vivacité et de lourdeur : ce Suisse allemand est épais, mais retors ; les pensées sont volontairement schématiques quoique diaboliquement habiles ; les personnages, quasi inébranlables dans leur pesanteur charnelle, s'agitent comme des marionnettes. Le comique ne craint pas d'être gros et ne lésine pas sur les effets burlesques. L'imagination, chez Dürrenmatt, est volontiers à l'aise dans le colossal. La farce enveloppe facilement l'univers et l'histoire universelle : le mythe grec, l'Empire romain, Babylone, la Réforme, la guerre de Trente Ans, l'Occident capitaliste. Socialisme, capitalisme, humanisme, christianisme, etc., deviennent réalités vivantes sur la scène, réduisant leurs représentants à une existence somnambulique. Il y a chez Dürrenmatt du Gargantua et du Claudel.

Dürrenmatt se voulait de notre temps. Il s'en fit le juge et le bourreau. Féroce dans la satire sociale et politique, il sonna l'alarme et prédit la double mort de l'homme : sa mort spirituelle avant sa mort physique dans la conflagration planétaire qui nous menace. Dürrenmatt alliait la véhémence du moraliste au détachement du joueur. Son œuvre est la manifestation d'une vision baroque du monde.

Dürrenmatt refusait l'engagement et le message. Il affirmait la primauté du jeu. L'histoire, les hommes, les idéologies, les morales deviennent la nourriture de cette activité purement ludique : le théâtre. À la question de Brecht : « Le théâtre peut-il aider à changer le monde ? » Dürrenmatt répondit en pulvérisant et l'art, à qui il dénia toute fonction, et la vie, qu'il caricatura. À moins que, comme l'« ironie » des romantiques allemands, la gratuité du jeu, le paradoxe, le jeu du hasard ne soient la seule façon qui nous reste de faire éclater l'absurdité du monde contemporain tout en démythifiant la littérature qui prétend en rendre compte.

Le chaos et ses conséquences sur le plan dramatique

Friedrich Dürrenmatt est né en 1921 d'un père pasteur à Konolfingen en Suisse. Il est mort à Neuchâtel en 1990. Son œuvre est l'expression à la fois d'un sentiment quasi religieux de l'absurde et d'une inquiétude propre aux générations d'après-guerre. Du sentiment d'avoir été épargné naît chez ce Suisse d'origine une inquiétude sur l'avenir et le sentiment de bénéficier d'un sursis.

La vision du chaos et l'inquiétude existentielle

Chez Dürrenmatt, le monde est perçu d'abord comme effritement et chaos : une ville ravagée par la guerre et la famine, Les Anabaptistes (Die Wiedertäufer, 1947) ; un empire à la veille de la capitulation sans condition, Romulus le Grand (Romulus der Grosse, 1re version, 1948 ; 2e version, 1956) ; la guerre civile et la révolution, Le Mariage de M. Mississippi (Die Ehe des Herrn Mississippi, 1950) ; la misère des invalides de guerre, Stranitzky et le héros national (Stranitzky und der Nationalheld, 1952) ; la petite ville de Gullen menacée par la ruine, La Visite de la vieille dame (Der Besuch der alten Dame, 1956) ; un krach bancaire et le crépuscule des gangsters, Frank V, opéra d'une banque privée (Frank V, Oper einer Privatbank, 1958). Guerres, révolutions, crises économiques, faillite de l'État – à quoi Dürrenmatt ne cessait d'opposer le calme trompeur d'une Suisse invariablement idyllique – mettent en péril l'existence individuelle.

La Visite de la vieille dame, F. Dürrenmatt

Photographie : La Visite de la vieille dame, F. Dürrenmatt

Créée en 1956 à Zurich, la pièce de Friedrich Dürrenmatt La Visite de la vieille dame connut un succès international, qui lui valut d’être adaptée à la télévision en 1982 par Max Peter Ammann, avec Maria Schell (ici sur le cliché) dans le rôle de Claire Zachanassian, de retour au... 

Crédits : RDB/ Ullstein Bild/ Getty Images

Afficher

Dans La Visite de la vieille dame, le héros lit dans les mille améliorations de la vie quotidienne son arrêt de mort. Au prix d'un crime, la petite ville cède à la tentation du confort matériel. La rentabilité devient la mesure de la moralité.

Les mots, les religions, les idéologies sont des paravents qu'on manipule, et, derrière cette façade branlante, il y a l'argent, la réalité des rapports économiques que Dürrenmatt met brutalement à nu dans Frank V, satire macabre des milieux de la banque, un peu à la manière de Brecht dans L'Opéra de quat'sous. Pour Brecht, les gangsters sont des bourgeois. Dürrenmatt est plus direct : les bourgeois sont tout simplement des gangsters.

Déclin de Rome et danger germanique dans Romulus le Grand, entendons déclin de l'Occident et danger russe, entrée dans l'ère atomique avec la peur à l'échelle planétair [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  DÜRRENMATT FRIEDRICH (1921-1990)  » est également traité dans :

ALLEMAND THÉÂTRE

  • Écrit par 
  • Philippe IVERNEL
  •  • 8 424 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'après-guerre »  : […] Dans cette Allemagne occidentale, sous le signe de la démocratie renaissante, l'héritage culturel est rendu à sa vocation humaniste traditionnelle, tandis que fait son entrée en force le répertoire international des modernes proscrits pendant les douze années d'une dictature autarcique : répertoire français avec Giraudoux, Cocteau, Anouilh, Sartre et Camus, anglais avec T. S. Eliot et Christopher […] Lire la suite

ALLEMANDES (LANGUE ET LITTÉRATURES) - Littératures

  • Écrit par 
  • Nicole BARY, 
  • Claude DAVID, 
  • Claude LECOUTEUX, 
  • Étienne MAZINGUE, 
  • Claude PORCELL
  •  • 22 528 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « 1945 n'est pas l'année zéro »  : […] La fin de la guerre laisse les pays de langue allemande dans des situations matérielles et morales très différentes. Le fait nouveau est évidemment, en 1949, la naissance de la RDA dont la littérature, reposant sur des présupposés particuliers, mérite un développement spécifique. Le vide relatif laissé par les ruines matérielles, la liquidation de l'héritage moral et linguistique du nazisme est, d […] Lire la suite

LA VISITE DE LA VIEILLE DAME, Friedrich Dürrenmatt - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • David LESCOT
  •  • 761 mots
  •  • 1 média

C'est en 1956 au Schauspielhaus de Zurich, dans une mise en scène d'Oscar Wälterlin que fut créée La Visite de la vieille dame, du dramaturge suisse Friedrich Dürrenmatt (1921-1990). La pièce valut à son auteur une consécration internationale et fut mise en scène par Peter Brook et Giorgio Strehler . Sa création française, due à Jean-Pierre Grenier et Olivier Hussenot, eut lieu en 1957 à Paris, au […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean MORTIER, « DÜRRENMATT FRIEDRICH - (1921-1990) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/friedrich-durrenmatt/