WISEMAN FREDERICK (1930- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Professeur de droit, l'Américain Frederick Wiseman vint au cinéma avec Titicut Follies (1967), film consacré à un centre psychiatrique, et réalisé en prolongement de son enseignement. Il a ensuite mené une investigation systématique des institutions (ce qui, dans une société, présente une structure cohérente au niveau du personnel, des buts poursuivis, des règles observées : hôpitaux, corps de ballet, grands magasins, parcs zoologiques, etc.). À travers ces îlots de société, il a dressé peu à peu un portrait de l'Amérique du quotidien dans une perspective qu'on pourrait dire « sociographique » plutôt que sociologique ; en se référant à la distinction classique entre ethnographie et ethnologie : High School (1968) ; Law and Order (1969) ; Hospital (1970) ; Basic Training (1971) ; Essene (1972) ; Juvenile Court (1973) ; Primate (1974) ; Welfare (1975) ; Meat (1976) ; Manoeuvre (1979) ; Model (1980) ; Seraphita's Diary (1982) ; The Store (1983) ; Race Track (1985) ; Deaf (1985) ; Blind (1986) ; Multi-Handicapped (1986) ; Adjustment and Work (1986) ; Missile (1987) ; Central Park (1989) ; Aspen (1991) ; Zoo (1993) ; Domestic Violence (2001 et 2002) ; At Berkeley (2013). Il n'a pas limité ses investigations au territoire américain, s'intéressant à des morceaux d'Amérique en terre étrangère, comme la zone du canal de Panamá (Canal Zone, 1977), ou à la présence américaine au Moyen-Orient (Sinai Field Mission, 1978). Depuis ces dernières années, il a étendu son champ d'intervention à des institutions culturelles étrangères, en Suède (Ballet, 1993), en France (Comédie-Française, 1996 ; La Danse, le ballet de l’Opéra de Paris, 2009 ; Crazy Horse, 2011) ou le Royaume-Uni (National Gallery, 2014).

Frederick Wiseman filme – avec un œil de juriste, intervenant le moins possible et sans émotion apparente – les témoignages nécessaires à une instruction. Redoutant les idées préconçues, les a priori politiques, il vise à rendre compte par le montage de la logique et de la continuité des événements filmés. Limitant les contacts préalables, il s'introduit avec un grand souci de trans [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : écrivain et critique de cinéma, ancien chargé de cours à l'université de Paris-VII-Denis-Diderot, docteur de troisième cycle, université de Paris-VII-Denis-Diderot

Classification


Autres références

«  WISEMAN FREDERICK (1930- )  » est également traité dans :

AFRO-AMÉRICAIN CINÉMA

  • Écrit par 
  • Raphaël BASSAN
  •  • 6 963 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les années Obama : l’improbable consensus ? »  : […] L’élection de Barack Obama à la présidence des États-Unis en 2008 a joué un rôle symbolique fort pour les Noirs américains. Elle a accompagné les changements des mentalités qui l’ont porté au pouvoir, sans toutefois parvenir à résoudre les problèmes liés à la pauvreté et au racisme ; les crimes anti-Noirs se multiplient après 2012 et provoquent la création du mouvement Black Lives Matter (« Les vi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-afro-americain/#i_98655

Pour citer l’article

Guy GAUTHIER, « WISEMAN FREDERICK (1930- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/frederick-wiseman/