MARTY FRANÇOIS (1904-1994)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un large béret, le sourire inimitable et le parler rocailleux, tel était le nouvel archevêque à qui Paul VI, en ce printemps de 1968, donnait la succession du cardinal Veuillot sur le siège de Paris. Il arriva le 29 avril. Ce jour-là, et bien qu'il fût Rouergat, il devint le plus illustre des Auvergnats de Paris. Pourquoi aurait-il écouté les conseilleurs qui l'invitaient à « perdre son accent » ? La capitale était en révolution : ce fut sa manière de garder sa distance et sa différence. Il était lui-même avant d'être une personnalité et une autorité.

Toutes les institutions paraissaient ébranlées. Cette liberté était une manière d'assurer sa présence immédiate à ceux dont il avait la charge et de montrer qu'il n'y a d'institutions que d'hommes, avant toute « grandeur d'établissement » pour le dire comme Pascal au Grand Siècle. Son premier acte fut de lancer parmi son clergé une « consultation » : trois questions très simples. Du jamais vu. Il reçut un millier de réponses, personnelles ou collectives, parfois de vraies dissertations. La crise moderniste au début de ce siècle, à laquelle il avait consacré sa thèse de théologie à l'institut catholique de Toulouse, avait moins secoué le monde ecclésiastique que l'effervescence de Mai-68.

Il était l'homme de la situation. Son prédécesseur venait d'être emporté à cinquante-cinq ans par un cancer du pancréas, après un épiscopat réformateur (par nécessité locale et dans l'esprit conciliaire de Vatican II) qui avait été bref mais dur. Il avait l'art de faire tomber la pression et de réduire les tensions. Partout, il s'imposa sans jamais faire montre d'autorité. Un homme tranquille et tranquillisant, qui ne se prenait pas pour un monstre sacré, et comme on en a besoin pour l'ordinaire de la vie.

C'était un rural, né le 18 mai 1904 dans la ferme paternelle de la Bouriate, sur la commune de Pachins (Aveyron). École primaire, petit séminaire, le grand séminaire à Rodez entrecoupé par le service militaire, l'ordination sacerdotale en 1930, vicaire, curé, archiprêtre, vicaire général, le goût de l'Action catholique : un parcours c [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification

Les derniers événements

2-27 février 1981 • FranceNomination de M<SUP>gr</SUP> Lustiger comme archevêque de Paris

Le 2, le Vatican annonce officiellement la nomination par Jean-Paul II de Mgr Jean-Marie Lustiger, évêque d'Orléans depuis novembre 1979, au siège de Paris, laissé vacant par le départ du cardinal François Marty. Cette nomination met fin à plus de deux ans d'attente [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Émile POULAT, « MARTY FRANÇOIS - (1904-1994) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-marty/