GUIZOT FRANÇOIS (1787-1874)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Nîmes, d'un père protestant victime de la Terreur, Guizot reçoit une éducation austère à Genève. À Paris, son mariage avec une femme de lettres, Pauline de Meulan, l'engage dans la littérature. En 1812, professeur d'histoire moderne à la Sorbonne, il devient le disciple de Royer-Collard, dont l'amitié, après 1814, le pousse dans la haute administration : secrétaire général au ministère de l'Intérieur puis à celui de la Justice, conseiller d'État, enfin directeur de l'administration départementale et communale. Au sein du groupe doctrinaire, il inspire la législation libérale de 1819-1820. Ecarté du gouvernement après la chute de Decazes, il combat le ministère Richelieu et plus encore celui de Villèle. Interdit d'enseignement, de 1822 à 1828, il écrit ses grandes œuvres historiques (Histoire de la révolution d'Angleterre, Histoire de la civilisation en Europe, Histoire de la civilisation en France), édite des textes anciens anglais et français, publie des traductions, des brochures de polémique, des articles de revues. À la fin de 1827, il fonde la société « Aide-toi, le Ciel t'aidera » pour coordonner l'action des libéraux dans les élections. Élu député de Lisieux en janvier 1830, il combat le ministère Polignac ; il sera le rédacteur de la protestation des députés contre les ordonnances de Juillet. Ministre de l'Intérieur dans le premier gouvernement de la monarchie de Louis-Philippe, Guizot s'affirme comme théoricien et dirigeant du parti de la « résistance » qui s'oppose à celui du « mouvement » et à une évolution démocratique du régime. Ministre de l'Instruction publique dans les gouvernements successifs de 1832 à 1837, il généralise l'enseignement primaire (loi de juin 1833), ressuscite l'Académie des sciences morales et politiques, crée la Société de l'histoire de France et le Service des monuments historiques. Mais il sera écarté par Molé et le roi, comme trop exigeant et rigide (avr. 1837). En février 1840, il est envoyé à Londres comme ambassadeur, mais en est rappelé dès octobre pour prendre les Affaires ét [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  GUIZOT FRANÇOIS (1787-1874)  » est également traité dans :

CULTURE - Culture et civilisation

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 14 332 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Deux modèles : Burckhardt, Guizot »  : […] On sait qu'il existe, au regard de Burckhardt, trois « puissances » de l'histoire : l'État, la religion, la culture. L'État et la religion, qui sont l'expression d'un besoin politique et métaphysique, « prétendent avoir, au moins aux yeux d'un peuple, si ce n'est du monde entier, une valeur universelle ». Au contraire, écrit Burckhardt, « nous appelons culture ( Kultur ) la s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/culture-culture-et-civilisation/#i_1842

DÉCADENCE

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 9 959 mots

Dans le chapitre « De la hantise à l'apologie du Barbare »  : […] On sait que la vocation de Gibbon s'est décidée à Rome où sa mélancolie savante est née, le 15 octobre 1764, d'une rêverie au milieu des ruines du Capitole. À la contemplation des vestiges se mêle aussitôt le sentiment de la fragilité de la civilisation. Matrice de l'Europe, Rome affaiblie par le christianisme a été abattue par les Barbares ; et l'Europe est perçue par Gibbon comme une Rome sur l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/decadence/#i_1842

DRAME - Drame romantique

  • Écrit par 
  • Anne UBERSFELD
  •  • 4 631 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les théories »  : […] La théorie du drame romantique connaît son début en Allemagne en plein xviii e siècle avec Lessing et sa Dramaturgie de Hambourg ( Laocoon , 1766) qui annonce d'abord le drame bourgeois. Ces textes décisifs marquent une rupture violente avec les idéaux du classicisme français et sont un plaidoyer énerg […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/drame-drame-romantique/#i_1842

GÉNÉRALISATION DE L'INSTRUCTION

  • Écrit par 
  • Claude LELIÈVRE
  •  • 921 mots

La généralisation de l'instruction, en France comme ailleurs, a été promue pour des raisons différentes, voire concurrentes, à partir du xviii e  siècle. Et la nature de cette instruction à généraliser est l'objet d'un débat récurrent. S'agit-il avant tout de la participation au développement technico-économique telle que l'envisage la théorie néo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/generalisation-de-l-instruction/#i_1842

JUILLET MONARCHIE DE

  • Écrit par 
  • André Jean TUDESQ
  •  • 8 485 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le ministère Soult-Guizot (1840-1848) »  : […] Cette situation rend délicate la position du nouveau ministère, formé le 29 octobre 1840 sous la présidence nominale du maréchal Soult, et dirigé en fait par Guizot. Considéré comme un cabinet de transition, il devait durer jusqu'en 1848 (en 1847, Guizot remplace Soult, vieilli, à la présidence). Guizot renoue avec les alliés pour trouver, en 1841, une solution apaisante à la question d'Orient ; i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/monarchie-de-juillet/#i_1842

LANGUEDOC, histoire

  • Écrit par 
  • Jean SENTOU
  •  • 2 175 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Révolution et contre-révolution »  : […] La Révolution, qui a réussi à briser la puissance du parlement de Toulouse et le vieux cadre provincial, a été accueillie avec enthousiasme par la bourgeoisie protestante du bas Languedoc et, d'une manière plus générale, par les classes sociales urbaines. En revanche, la noblesse, très riche dans le haut Languedoc, résiste avec l'aide des masses rurales pauvres et ignorantes et favorise la contre- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/languedoc-histoire/#i_1842

LOI SUR LA PROTECTION DES MONUMENTS HISTORIQUES

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 364 mots
  •  • 1 média

La loi du 31 décembre 1913 sur les monuments historiques protège « les immeubles dont la conservation présente, du point de vue de l'histoire ou de l'art, un intérêt public ». Elle est le résultat d'un long processus. Dans deux articles de 1825 et 1832, Victor Hugo avait déclaré la « guerre aux démolisseurs », fustigeant la destruction systématique, par les notables locaux, des monuments du Moye […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/loi-sur-la-protection-des-monuments-historiques/#i_1842

MONUMENT

  • Écrit par 
  • François-René MARTIN, 
  • Alice THOMINE
  •  • 1 987 mots

Dans le chapitre « Vers la notion de monument historique »  : […] L'âge classique sera celui des « antiquaires ». Ces amateurs élargiront considérablement le champ des monuments en s'intéressant aux vestiges d'autres époques, qui composent la catégorie des « antiquités nationales ». En 1729, le Français Bernard de Montfaucon entame la publication de ses Monuments de la monarchie française , distinguant les monuments de la « belle Antiquité  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/monument/#i_1842

RÉVOLUTION FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN, 
  • Marc THIVOLET
  •  • 29 477 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Nouvelles perspectives »  : […] Contre cette pensée providentialiste, illustrée également par Louis Ambroise de Bonald ( Théorie du pouvoir politique et religieux dans la société civile , 1796) et, après la Restauration, par Pierre Simon Ballanche, qui entendent tous deux tirer aussi une leçon religieuse de l'époque révolutionnaire, l'école libérale voit le jour, née des interrogations entraînées par les m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revolution-francaise/#i_1842

THIERRY AUGUSTIN (1795-1856)

  • Écrit par 
  • Guillaume de BERTHIER DE SAUVIGNY
  •  • 345 mots

Né à Blois, élève de l'École normale à Paris, Augustin Thierry a raconté lui-même comment il avait découvert très tôt sa vocation d'historien à la lecture des Martyrs de Chateaubriand. En 1814, il s'attache à Saint-Simon, dont il est le secrétaire jusqu'en 1817. Il collabore au Censeur européen et donne une première version de ses […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/augustin-thierry/#i_1842

Pour citer l’article

Guillaume de BERTHIER DE SAUVIGNY, « GUIZOT FRANÇOIS - (1787-1874) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-guizot/