BROUSSAIS FRANÇOIS (1772-1838)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médecin français, né à Saint-Malo. Condisciple de Chateaubriand au collège de Dinan, François Broussais entre à l'école de médecine pour chirurgiens navigants, à Saint-Malo. Reçu officier de santé, il prend part à plusieurs expéditions comme chirurgien sur le corsaire Le Bougainville, puis, avec les bénéfices des prises de mer, il vient achever ses études à Paris. Il soutient sa thèse en 1803, mais faute de clientèle, il végète deux ans, lorsque N.-R. Desgenettes lui offre d'entrer dans l'armée. Affecté au camp d'Utrecht, il y souffre d'une fièvre ataxo-adynamique dont il guérit par une sortie en temps glacial ; il appliquera ensuite le refroidissement au traitement du typhus. Il parcourt la Belgique, la Hollande, l'Italie, note soigneusement ses observations sur les caractères des maladies rencontrées et médite sa future doctrine physiologique. Lors d'une convalescence à Paris, il écrit Histoire des phlegmasies chroniques (1818) ; puis, nommé directeur du service de santé du 2e corps d'armée, il part en Espagne où il passe six ans, autopsiant lui-même de nombreux cadavres. Il disait : « Si vous voulez faire avancer la science, interrogez les cadavres, voyez quel est, après la mort, l'état des organes et vous saurez ce que l'on doit faire pendant la vie », annonçant ainsi la physiopathologie.

Desgenettes obtient la nomination de Broussais comme professeur en second au Val-de-Grâce dont il fait une tribune pour répandre ses idées : les phénomènes vitaux dépendent de la chaleur extérieure ; chaque maladie est locale et se transmet ensuite d'un organe à l'autre ; la plupart des maladies ont une origine gastro-intestinale. Les élèves affluent et il publie, en 1816, Examen de la doctrine médicale généralement adoptée et des systèmes modernes de nosologie où il définit sa « médecine physiologique ». Toutes ses publications ultérieures seront des défenses de cette doctrine. En 1820, il succède à Desgenettes comme médecin-chef du Val-de-Grâce. En 1822, il fonde les Annales de la médecine physiologique. Il entre en 1831 à la faculté de [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  BROUSSAIS FRANÇOIS (1772-1838)  » est également traité dans :

HOMÉOPATHIE

  • Écrit par 
  • Olivier FAURE
  •  • 7 626 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « L’homéopathie, un système recevable, une médecine bannie »  : […] Bien éloigné de notre médecine contemporaine, le système de Hahnemann était a priori largement recevable pour les médecins de son temps, pour des raisons scientifiques, pratiques autant que théoriques. La démarche reposait sur l’observation du malade qui était un principe essentiel de la médecine du xviii e  siècle. Depuis deux siècles, les médeci […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/homeopathie/#i_31918

Pour citer l’article

Jacqueline BROSSOLLET, « BROUSSAIS FRANÇOIS - (1772-1838) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-broussais/