BAYLE FRANÇOIS (1932- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'originalité de la démarche du compositeur François Bayle tient en ceci que toute son activité musicale se déploie autour de la musique électroacoustique ou, plus exactement, suivant une expression qui lui est personnelle, est vouée à l'exploration du monde « acousmatique ». Vaste domaine au sein duquel se meut l'admirateur passionné de Jules Verne qu'est François Bayle. Il est ainsi, tel l'explorateur, projeté dans le futur par le choix délibéré du matériau autour duquel s'organise sa création et inséré dans la réalité quotidienne et très concrète de nombreuses tâches liées à la découverte et à l'exploitation de son champ d'exploration (technique, pédagogie) : il fut responsable du Groupe de recherches musicales (G.R.M.) de 1966 à 1997. Cette année-là, il fonde son propre atelier-studio, Magison, à Paris.

Né à Tamatave dans l’île de Madagascar, le 27 avril 1932, François Bayle achève sa scolarité à Bordeaux, mais ne suit pas une filière classique de formation musicale. Celle-ci est personnelle : c'est au travail, et à partir des expériences sur le son lui-même, qu’il se découvre et se forme. Il est, bien entendu, beaucoup redevable à Pierre Schaeffer en ce domaine ; il a par ailleurs reçu les conseils de Messiaen et suivi les cours de composition de Stockhausen.

S'il utilise encore dans ses premières œuvres (à titre d'expérience) des instruments traditionnels conjointement à la bande (L'Archipel, 1963 ; Trois Portraits d'un oiseau qui n'existe pas, 1963 ; Pluriel, 1963), la référence à ceux-ci est pratiquement abandonnée par la suite. Par le moyen d'une grammaire, d'une arithmétique nouvelle, uniquement dans le domaine de la manipulation du son, François Bayle cherche — en élargissant sans cesse son langage — à établir une logique (« biologique » dit-il) entre les deux mondes imaginatifs de la pensée et de l'expression. Il tient aux titres de ses œuvres comme à des « idées » que les images acoustiques traduisent par autant de métaphores : Espaces inhabitables, 1967 ; Jeîta ou Mu [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  BAYLE FRANÇOIS (1932- )  » est également traité dans :

DHOMONT FRANCIS (1926- )

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 1 515 mots

Dans le chapitre « L'expérimentation d'un son nouveau »  : […] La musique concrète, née en 1948 au sein du Studio d'essai confié par la R.T.F. à Pierre Schaeffer, prend comme point de départ n'importe quel matériau sonore préexistant : il peut s'agir d'un simple bruit ou d'un son instrumental produit devant un microphone. Ces sons sont généralement créés en studio mais, très vite, la musique concrète va désigner toute composition réalisée à partir de bruits o […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francis-dhomont/#i_48166

Pour citer l’article

Brigitte MASSIN, « BAYLE FRANÇOIS (1932- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-bayle/