GUIBERT FRANÇOIS APOLLINI comte de (1744-1790)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« En 1772, M. de Guibert fit paraître son Traité de tactique qui causa le plus grand bruit à cause de la préface qui était fort hardie, ce qui l'obligea à voyager. » Cette remarque provient des notes de Bonaparte, alors jeune officier et qui saluait ainsi l'un de ses maîtres à penser.

Lieutenant à treize ans au régiment d'Auvergne, capitaine en 1758, Guibert participa à toutes les opérations importantes de la guerre de Sept Ans. La paix revenue, il collabora à la rédaction des nouvelles ordonnances sur le service en campagne. On le retrouve en Corse, en 1769, combattant la tentative d'indépendance de Paoli. Avant son départ pour l'île, Guibert, prévoyant qu'il ne pourrait achever la monumentale France politique et militaire qu'il préparait, en détacha des fragments qui constituèrent l'Essai général de tactique, paru d'abord anonymement, puis sous son nom en 1772-1773 en France.

La préface de Guibert était révolutionnaire. Ne mettait-il pas la patrie au-dessus du roi et ne voulait-il pas transformer les sujets en citoyens ? Il condamnait les dynasties en place et proposait un « plan de régénération » : « La politique doit avoir pour objet de rendre une nation heureuse au-dedans et de la faire respecter au-dehors. Tout ce qui prépare le bonheur et la puissance d'une société est de son ressort. » Il examine les qualités nécessaires à l'homme supérieur qui souhaiterait assurer le bonheur de sa patrie : « Pour diriger l'ensemble de l'administration, il n'est pas nécessaire qu'il ait approfondi les détails de toutes les parties. Il suffit qu'il connaisse ceux des parties principales, le résultat des autres, la relation que chacune d'elles doit avoir avec le tout. » C'était annoncer Bonaparte.

Il n'est pas de liberté ni de prospérité pour qui ne sait les défendre. La meilleure défense est celle qu'assure une armée nationale de citoyens : « Supposons qu'il s'élevât en Europe un peuple vigoureux de génie et de moyens et de gouvernement, un peuple qui joignît à des vertus austères et à une milice nationale un plan fixe d'agrandissement ; [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  GUIBERT FRANÇOIS APOLLINI comte de (1744-1790)  » est également traité dans :

ARMÉE - Doctrines et tactiques

  • Écrit par 
  • Jean DELMAS
  •  • 7 992 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Choc, manœuvre et feu »  : […] Pendant des siècles, à travers les doctrines ou les procédés d'emploi, choc et manœuvre s'étaient opposés. À partir du xiv e  siècle, l'apparition de l'arme à feu pose un nouveau problème aux chefs de guerre : comment combiner le feu avec le choc et la manœuvre ? La recherche d'une solution limite pendant plusieurs siècles la réflexion doctrinale au niveau de la tactique. Celle-ci, assoupie, se r […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean TULARD, « GUIBERT FRANÇOIS APOLLINI comte de (1744-1790) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-apollini-guibert/