FERRER Y GUARDIA FRANCISCO (1859-1909)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Anarchiste catalan, Ferrer s'exile d'abord à Paris, où il noue de nombreux contacts, puis rentre en 1901, en Espagne, où il ouvre la Escuela moderna (l'École moderne) à Barcelone : il s'agit d'une tentative d'enseignement laïque, scientifique et libertaire analogue à celle que mène Sébastien Faure en France. Il fonde aussi une maison d'édition consacrée essentiellement à la publication d'ouvrages pédagogiques, dont certains écrits en collaboration avec Élisée Reclus. Son activité de propagande le conduit une première fois en prison, en 1907, au lendemain de l'attentat contre Alphonse XIII ; il est relâché, faute de preuves. En juillet 1909, une levée de troupes pour le Maroc provoque cinq jours d'émeutes à Barcelone, au cours desquelles des églises et des couvents sont brûlés. L'ordre rétabli, Ferrer est poursuivi et arrêté le 31 août de la même année. Après un simulacre de procès, il est condamné à mort et exécuté le 31 octobre 1909, au fort de Montjuich, malgré la violente campagne en sa faveur qui a secoué les capitales européennes. Son procès est révisé en 1911, et la condamnation reconnue « erronée » en 1912.

La semaine sanglante à Barcelone

La semaine sanglante à Barcelone

photographie

Une levée de troupes pour le Maroc provoqua 5 jours d'émeutes antireligieuses à Barcelone, en juillet 1909, sous le règne d'Alphonse XIII. Quarante-neuf monastères furent incendiés. Les meneurs, anarchistes et nationalistes catalans, furent exécutés. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

—  Paul CLAUDEL

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Paul CLAUDEL, « FERRER Y GUARDIA FRANCISCO - (1859-1909) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/francisco-ferrer-y-guardia/