VITORIA FRANCISCO DE (1492 env.-1546)

Dominicain espagnol qui, après de profondes études à Burgos et à Paris, enseigne à Paris d'abord, puis, à partir de 1526, à la « chaire de prime » de Salamanque, une des plus illustres d'Europe. Francisco de Vitoria introduit la pratique de l'étude de la Somme théologique de saint Thomas d'Aquin, cette étude se substituant ainsi au commentaire des Sentences de Pierre Lombard. Il est réputé pour sa clarté et ses dons d'exposition et il ne néglige pas le contexte politique dans lequel il vit : il soutient les efforts de Las Casas pour une politique coloniale inspirée des principes chrétiens, particulièrement pour la défense des Indiens. Vitoria est le premier théoricien moderne du « droit des gens », qu'il tient pour issu du droit naturel ; niant au pape tout droit dans le domaine temporel des princes, il réfère la juridiction à la « république humaine », qui garantit le respect du droit ; son influence a profondément marqué les théories juridiques du xviie siècle.

—  Jean-Robert ARMOGATHE

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 1 page

Écrit par :

Classification

Autres références

«  VITORIA FRANCISCO DE (1492 env.-1546)  » est également traité dans :

COLONIALISME & ANTICOLONIALISME

  • Écrit par 
  • Jean BRUHAT
  •  • 6 480 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'affrontement des théologiens »  : […] L'affrontement commence avec les grandes découvertes et les premières occupations territoriales, et oppose alors des théologiens. C'est d'ailleurs le pape Alexandre VI qui, par la bulle Inter caetera , a, le 3 mai 1493, partagé les mondes découverts et à découvrir entre l'Espagne et le Portugal afin que « la loi catholique et la religion soient exaltées et partout amplifiées et répandues [...] et […] Lire la suite

GÉNOCIDE

  • Écrit par 
  • Louis SALA-MOLINS
  •  • 8 481 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Hors le droit des gens »  : […] Ainsi, le « droit des gens » auquel se réfère la Convention du 9 décembre 1948 n'est certes pas du temps de Josué. Il n'est plus, depuis belle lurette, l'archaïque jus gentium des Romains, mais le moderne jus inter gentes de Francisco de Vitoria qui, dans un premier mouvement, demande des comptes à la couronne de Castille pour ses agissements illicites dans le Nouveau Monde ; puis, en corollaire […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Robert ARMOGATHE, « VITORIA FRANCISCO DE (1492 env.-1546) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/francisco-de-vitoria/